« La voiture autonome va bouleverser le marché de l’assurance auto »

Banque Assurance Interview 0

Hamid Benamara, directeur général LesFurets.com

LesFurets.com

On parle de plus en plus de la voiture autonome et de ses conséquences pour les constructeurs. Mais quelles vont être les effets en matière d’assurance automobile ?

C’est effectivement un sujet qui est au centre des préoccupations des assureurs. Ils sont sereins à court terme mais savent que la donne va changer dans le futur. AT Kearney a par exemple estimé qu’en 2035, la voiture autonome représentera un marché de 500 milliards d’euros. Pour Oliver Wyman, 20 à 30% de la production concernera ce type de véhicules au même horizon. Quant au BCG, il évalue à 12 millions le nombre de voitures connectées en 2035 également. Toutes ces données convergentes laissent entrevoir de nouveaux défis pour les assureurs.

Aujourd’hui, d’après KPMG, 74% des assureurs ne se disent pas préparés à ces changements et près de 40% redoutent l’arrivée de nouveaux concurrents sur leurs marchés.

La baisse de la sinistralité espérée avec les voitures autonomes fera-t-elle baisser le coût des assurances ?

Une étude de KPMG prévoit que d’ici à 2040, la fréquence des accidents devrait baisser de 80%. Or ce sont surtout les sinistres corporels qui coûtent cher aux assureurs en termes d’indemnisations. Ainsi, le marché de l’assurance auto, qui pèse 20 milliards d’euros en France, pourrait à terme perdre 60% de sa valeur.

En résumé, au sein des primes, la part liée au risque d’accident corporel va baisser, mais on peut s’attendre à ce que d’autres risques émergent avec les voitures autonomes.

Quelles sortes de risques ?

Je pense aux risques liées aux vols et aux dégradations mais aussi aux pannes. Avec des véhicules de plus en plus sophistiqués, nous devons nous attendre à ce que les automobilistes couvrent ces risques de manière plus importante.

Est-ce sur ce point que les assureurs doivent craindre une nouvelle concurrence ?

Effectivement, cela pourrait entraîner un transfert de la chaîne de valeur de l’assurance en amont, c’est-à-dire vers les constructeurs voire les fournisseurs de composants. L’assureur ne serait pas ou plus le seul porteur de risques.

L’autre menace pour les assureurs concerne la maîtrise des données. Actuellement, les assureurs disposent de nombreuses données sur les conducteurs et leurs habitudes, ce qui leur permet de calibrer leurs offres au plus juste.  Mais avec les voitures connectées et autonomes, ils pourraient perdre cet avantage sur la data au profit des nouveaux acteurs du secteur comme Google.

En permettant de tracer tous les parcours de l’automobiliste, la voiture connectée ne va-t-elle pas aboutir à une démutualisation du risque dans l’assurance auto ?

On peut voir le problème de deux façons. Il y a bien entendu une possibilité que la collecte croissante de données débouche sur une individualisation du risque.

Mais à l’inverse, on peut aussi se dire qu’avec la voiture autonome, les spécificités des conducteurs auront de moins en moins d’importance. Les caractéristiques des véhicules primeront. Dès lors, on peut tabler sur une uniformisation progressive des caractéristiques et donc une normalisation du risque.

En matière de risque, le véhicule autonome aura donc plus d’influence sur la prime d’assurance que le conducteur lui-même…

Il faut bien comprendre que la voiture autonome va bouleverser tout le système. L’usage ne sera pas nécessairement le même qu’avec les véhicules actuels, la relation à la propriété non plus. Le cas de la responsabilité soulève aussi de nombreuses questions puisque le conducteur ne sera plus au volant du véhicule. Qui sera responsable en cas d’accident ? Le constructeur ? Le fournisseur de composants? Les pouvoirs publics en charge du réseau routier ? L’opérateur télécom chargé du transfert des données ? Pour l’instant, personne n’a la réponse.

Hamid Benamara

Le CV d'Hamid Benamara

Directeur général, LesFurets.com

Hamid Benamara est le directeur général du site de comparaison et d'achat d'assurance sur Internet, LesFurets.com. Avant de rejoindre LesFurets.com, Hamid Benamara était directeur général du Groupe GPV, un leader dans la fabrication d'emballages basé à Lyon. Hamid Benamara a également occupé des fonctions à responsabilités au sein d’entreprises telles que le Groupe Synodya ou le cabinet Arthur Andersen.

Commentaires (1)
  • Nicolas73
    Nicolas73posté le 20.12.2015 à 14:40

    Le gouvernement veut de voitures autonomes à partir de 2020. Son avènement, devrait faire baisser le nombre d'accident, et fluidifier la circulation, les assureurs sont inquiets, il en va de leurs primes.... des Milliards d'euros ! http://www.carideal.com/blog/2015/10/20/une-voiture-autonome-de-psa-fait-le-trajet-paris-bordeaux-par-lautoroute/

Quotidien
Actu0

Hausse du Smic : pas de coup de pouce en vue

D’après Les Echos, le groupe d’experts suggère de s’en tenir à la revalorisation automatique en janvier et propose même de revoir par la suite la formule de calcul.

Lire la suite
Quotidien
Actu0

Retraites : le calendrier de vos paiements en 2018

Sauf exception pour raisons de calendrier, les pensions du régime général seront versées le 9 du mois et celles de l’Agirc et de l’Arrco le 1er. Tableau détaillé…

Lire la suite