Bouclier tarifaire : pas de rattrapage sur les prix de l'énergie, promet Le Maire

Budget Analyse 0

Hors de question de voir les Français subir un rattrapage des tarifs de l’électricité ou de gaz, a assuré hier le ministre de l’Economie.

Reuters

« Je vais être très clair : il n’y aura aucun rattrapage sur la facture pour les consommateurs », a affirmé lundi 30 mai après-midi le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, pour couper court à la polémique qui commençait à enfler sur les tarifs de l’énergie. Le matin même, l’association CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) publiait un communiqué rageur dénonçant un rattrapage inévitable de 8% sur les tarifs de l’électricité, une fois le bouclier tarifaire levé en janvier 2023.

Instauré en octobre dernier, ce dernier gel les prix du gaz et limite la hausse de ceux de l’électricité. Sans lui, « les Français auraient vu une augmentation de leurs factures de l’ordre de 60% en 2022 pour le gaz […] et de 45% pour l’électricité ! », a chiffré le ministre.

Début de fronde

En cause, une délibération de la Commission de régulation de l’énergie, la CRE, parue en toute discrétion le 31 mars dernier, qui demande une hausse de 8% du tarif réglementé de l’électricité. Pourtant, « le gouvernement avait très clairement affirmé que ce dispositif n’induirait aucun rattrapage », s’insurge la CLCV, citant une interview du ministre accordée au Parisien le 14 janvier. « +4% ou +12% ? Il serait temps de dire la vérité », interpelle l’association.

« S’agissant des prix de l’électricité, nous avions pris une autre décision [celle du bouclier tarifaire instauré à l’automne dernier] : le plafonnement des prix à 4%. Ce plafonnement sera maintenu tout au long de l’année 2022. […] Il n’y aura pas de rattrapage en 2023 », a donc répondu Bruno Le Maire, lors d’un point presse décidé le matin même.

Abandon de recettes et effort d’EDF

Pour le ministre, la CRE indique qu’il y aura « besoin d’un financement supplémentaire », lequel peut être comblé par une hausse des tarifs de l’électricité ou par d’autres moyens. Le ministre a évoqué « l’abandon des recettes de la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité, c’est de l’ordre de 8 milliards d’euros », disposition qui sera inscrite à la prochaine loi de finances, présentée à la rentrée. « Nous demandons aussi un effort à EDF, qui va mettre plus d’électricité à tarif régulé sur le marché », a-t-il aussi prévenu. Il n’a pas non plus écarté une baisse de la TVA, sans pour autant entrer dans les détails.

Commentaires (6)
  • Eric-63
    Eric-63posté le 02.06.2022 à 12:36

    lemaire est un menteur

  • Bellérophon
    Bellérophonposté le 02.06.2022 à 11:09

    4) l'importation de produits, c'est évidemment l'accès pour le consommateur de produits à des prix abordables, nombreux, de qualité ( contrairement aux fantasmagories répandues : est ce que l'espérance de vie en Espagne, en Italie, en Allemagne, etc est critique ?)
    5) ceci dit rien ne vous empêche de faire des kilomètres pour aller chez le paysan du coin acheter plus cher, sans le contrôle qualité du distributeur, votre salade, lui laisser un pourboire généreux, reprendre votre voiture pour aller chez un autre paysan pour acheter votre lait, et puis ensuite chez un autre pour les oeufs, etc

  • Bellérophon
    Bellérophonposté le 02.06.2022 à 11:08

    3) parce que la concurrence est le meilleur stimulant pour le producteur et le consommateur (absence de concurrence = rente de situation + monopole + fin de la modernisation et de l'investissement + vieillissement des moyens de production + perte de qualité + limitation du choix + diminution de l'emploi + etc) : c'est le Portugal des années 70 et la Serbie d'aujourd'hui

  • Bellérophon
    Bellérophonposté le 02.06.2022 à 11:07

    mangrove demande avec candeur pourquoi les prix de l'alimentation devraient baisser ?
    ça me renvoie quelques années en arrière quand un artisan chez qui je voulais travailler pendant les vacances scolaires me disait "pourquoi je devrais te payer plus ?" ; je lui avais répondu "pour que je n'aille pas chez votre confrère" et j'étais parti travailler chez son confrère.
    1) les prix doivent baisser parce que la productivité augmente ; c'est historique
    2) parce que ça donne du pouvoir d’achat au consommateur

  • Bellérophon
    Bellérophonposté le 02.06.2022 à 10:26

    LeMaire est un tricheur par omission.
    Pourquoi ?
    Parce que si la gestion politique (et catastrophique) de l'économie permet d'imposer un blocage des prix, l'état sera obligé d'indemniser les distributeurs.
    Et c'est qui l'état ? c'est donc le contribuable qui va payer cette indemnisation par ses impôts et ses taxes, et plus chère que si le prix de l'électricité avait augmenté puisque l'état français (en sureffectif de fonctionnaires) va devoir emprunter cet argent auquel s'ajouteront les intérêts d'emprunt.

  • mangrove
    mangroveposté le 02.06.2022 à 09:44

    A bellérophon, et pourquoi les prix de l'alimentaire devraient baisser ? Rien ne permet une baisse des prix sinon une concurrence malsaine et une importation de produits étrangers sans véritables normes et éthiques ...