Salaires : la moitié des cadres a gagné plus de 48.000 euros bruts en 2014

Budget Actu 0

L’étude annuelle de l’Apec indique que 57% des cadres sont satisfaits de leur rémunération. Mais 49% des sondés pensent tout de même demander une augmentation

Reuters

Un cadre sur deux envisage de demander une augmentation à son employeur. C’est ce qui ressort de l’étude annuelle de l’Apec sur les salaires. Reste que dans l’ensemble, cette population se trouve correctement payée (à 57%)... même si le salaire moyen des cadres n’a pas évolué entre 2013 et 2014.

En moyenne, un cadre a gagné 54.800 euros bruts (variable compris) en 2014. Un chiffre bien évidemment tiré vers le haut par les fortes rémunérations. La médiane apparaît d’ailleurs un peu plus basse puisque seul un cadre sur deux a touché plus de 48.000 euros bruts l’an passé.

La mobilité favorise les augmentations

En tout cas, cette enquête prouve une nouvelle fois l’importance de la mobilité pour obtenir une augmentation. Parmi les cadres qui n’ont pas changé de poste, 41% ont obtenu une augmentation. Ceux qui ont été mobiles en interne ont été augmentés dans 50% des cas et la proportion grimpe à 63% pour ceux qui ont changé d’entreprise en cours d’année.

Précisons néanmoins que ce chiffre ne concerne que ceux qui ont eu une mobilité directe. Les cadres recrutés après une période de chômage n’ont été augmentés que dans 35% des cas (39% ont même subi une baisse de salaire).

38.000 euros à l’embauche

En parallèle, l’étude fait aussi le point sur le salaire à l’embauche. En moyenne, il a été de 38.000 euros en 2014, dont 34.000 euros pour les jeunes ayant moins de 5 ans d’expérience.

Dans le détail, les fonctions communication-création sont les moins bien dotées avec 33.000 euros en moyenne à l’embauche. Informatique et fonction commerciale sont un peu mieux loties avec 38.000 euros. Mais c’est sans surprise la direction d’entreprise qui occupe le haut du tableau avec une rémunération moyenne de 46.000 euros à l’embauche.

Commentaires (2)
Quotidien
Actu0

Drones de loisir : n’oubliez pas l’assurance !

L’aéromodélisme est généralement couvert par l’assurance de responsabilité civile. Mais mieux vaut vérifier au préalable qu’il ne fait pas l’objet d’une exclusion.

Lire la suite