Remise carburant… et maintenant ?

Budget Actu 0

Les remises à la pompe de l'Etat et de TotalEnergies ont été divisées par deux mercredi. En 2023, le dispositif disparaîtra au profit d'une aide ciblée qui devrait concerner la moitié des foyers français, a indiqué la Première ministre ce vendredi.

iStock

Les prix à la pompe ont pris un petit coup de chaud mercredi. Avec la ristourne de l’Etat réduite de 30 à 10 centimes, et celle de TotalEnergies passée de 20 à 10 centimes, le litre de carburant se paie désormais 30 centimes de plus.

Moins généreux, le soutien de l’Etat au porte-monnaie des Français se poursuit encore six semaines, à raison d’une remise à la pompe de 10 centimes par litre jusqu’au 31 décembre.

Celui-ci disparaîtra en 2023 au profit d’une mesure plus ciblée – qui ne concernera qu’une partie des Français – et dont les contours exacts ne sont pas encore définis.

160€ d'économies en moyenne pour les rouleurs en 2022

Particuliers et entreprises ont pu compter depuis le mois d’avril sur une ristourne des prix à la pompe, d’abord de 18 centimes entre avril et juillet, puis de 30 centimes à partir d’août, sans compter la réduction supplémentaire de TotalEnergies de 20 centimes mise en place début septembre.

Dans un contexte de forte hausse des cours du pétrole, puis d’inflation galopante, cette aide du gouvernement aura permis, sur l’ensemble de l’année 2022, « une économie moyenne pour l’automobiliste de 120 euros, à laquelle s’ajouter une économie de 40 euros avec la ristourne de Total », a assuré Gabriel Attal, ministre délégué des Comptes publics devant l’Assemblée nationale cette semaine.

Mais la mesure « a toujours eu vocation à être limitée dans le temps », « car derrière l’automobiliste qui fait le plein, il y a un contribuable », a-t-il rappelé, alors que le dispositif devrait représenter une charge de près de 8 milliards d’euros pour les finances publiques sur la période 2022.

"Indemnité carburant travailleurs"

De fait, cette aide publique a toujours été présentée comme une mesure temporaire et exceptionnelle devant s’éteindre en 2023, pour être remplacée par un dispositif beaucoup plus ciblé – et moins onéreux - à destination des "gros rouleurs" et sous conditions de revenus.

Pour les six semaines à venir, la réduction des prix à la pompe ne sera donc plus que de 20 centimes (en additionnant les deux coups de pouce Etat et TotalEnergies), ce qui devrait faire sûrement repasser le prix du litre au-delà de la barre des 2 euros.

En janvier prochain, la majorité des rouleurs ne devraient ainsi plus disposer d’aucune remise pour leurs pleins. Le pouvoir d’achat des Français débutera 2023 sous tension alors que cette "charge" coïncidera avec une hausse de 15% des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité, sans compter un pic d’inflation attendu dans les rayons alimentaires des supermarchés…

Une partie des foyers devrait cependant profiter d’une nouvelle aide à la pompe, qui concernera donc « les gros rouleurs et les gros bosseurs », avait précisé Gabriel Attal sur LCI en début de semaine.

Dans un entretien aux Echos ce vendredi 18 novembre, la Première ministre a confirmé la mise en place d’une "indemnité carburant travailleurs", « qui bénéficiera aux ménages se situant dans les cinq premiers déciles de revenus, soit la moitié des ménages. Ils bénéficieront d’un versement dès le début de l’année », a indiqué Madame Borne.

Annoncée cet été, avant d’être écartée au profit de la remise de 30 centimes, puis de 10 centimes pour tous jusqu’à la fin 2022, cette aide aux gros rouleurs devrait donc finalement voir le jour dans les premières semaines de l’année prochaine.

Conditions de ressources et de kilométrage

Selon des sources de la presse nationale, une enveloppe de 1,5 à 1,6 milliards d’euros devrait être consacrée à cette remise à la pompe. Le bénéfice de cette aide, en plus de conditions de ressources, devrait prendre également en compte un critère de kilométrage pour l’exercice d’une activité professionnelle.

"L'indemnité carburant travailleurs" ne devrait pas être versée automatiquement. Les foyers éligibles devraient avoir à en faire la demande sur une plateforme en ligne de la direction générale des Finances publiques en renseignant notamment leurs niveaux de revenus, leur kilométrage et leur numéro de carte grise.

Alors que le dispositif envisagé cet été prévoyait des montants compris entre 100€ et 300€ selon le profil des conducteurs, le montant de la nouvelle aide. « Nous travaillons encore sur le barème prévu, avec la volonté d’aider significativement ceux qui effectuent un trajet long pour aller au travail », a précisé la Première ministre à nos confrères des Echos.

Commentaires (4)
  • bronngeor
    bronngeorposté le 18.11.2022 à 12:06

    Et ça continue on distribue des fonds qu'on n'a pas on amplifie la super dette, vous ne vous en sortirez jamais quand la facture va venir il risque d'avoir des déceptions pour l'avenir de certain et les compagnies vont se barrer ailleurs.

  • Eric-63
    Eric-63posté le 18.11.2022 à 10:47

    ben retour de GJ !

  • Eric-63
    Eric-63posté le 18.11.2022 à 09:26

    et maintenant, ben retour des GJ !!

  • la bourse ou la vie
    la bourse ou la vieposté le 18.11.2022 à 09:20

    encore une demande, pas moyen de le faire en meme temps que les frais reel ??