Prix des carburants : 3 euros le litre, c’est déjà presque atteint à Paris !

Budget Actu 0

2,78 € le SP98 dans des petites stations du 7ème et du 16ème arrondissement ou encore 2,72 € le litre de gazole dans le 14ème arrondissement...

Derrière les moyennes se cachent souvent des écarts considérables. C’est bien sûr le cas pour les prix des carburants qui sont toujours très inégaux sur le territoire national, au niveau géographique mais aussi au sein des grandes agglomérations ou selon le réseau routier (les prix sont notamment très élevés sur les autoroutes).

Le ministère de la transition écologique communique régulièrement sur l’évolution du prix des carburants à la pompe avec des moyennes hebdomadaires publiées chaque lundi. La dernière publication pour la première semaine de mars faisait état de moyennes de 1,88 € pour le gazole et de 1,87 € pour le Super SP95-E10. La prochaine publication fera bien sûr apparaître une forte hausse directement liée à la flambée des cours du pétrole en raison de la guerre en Ukraine.

D’impressionnants records en région parisienne

Pour autant, beaucoup d’automobilistes constatent des prix à la pompe nettement plus élevés et déjà largement supérieurs à 2 € le litre depuis plusieurs jours. C’est notamment le cas en région parisienne où nous avons listé d’impressionnants records à la pompe. Ces records sont observés dans Paris où la barre des 3 € le litre n’est plus très loin : 2,78 € le SP98 dans des petites stations Avia du 7ème et du 16ème arrondissement ou encore 2,72 € le litre de gazole dans le 14ème arrondissement. Dans les Hauts-de-Seine, le prix du SP98 culmine cette semaine à 2,55 € et le diesel dépasse parfois les 2,50 €.

Quant aux prix les moins chers, que ce soit à Paris ou dans le 92, il est quasiment impossible de trouver moins de 2,15 € le gazole ou le SP98. Même le Super SP95-E10 dépasse partout les 2 €.

Baisse des prix ce week-end ?

Sur le marché pétrolier, le baril de Brent vient quand même de redescendre autour de 110 dollars après un pic à environ 140 dollars lundi tandis que la parité Euro/Dollar a cessé de reculer.

Cela fait dire à Michel-Edouard Leclerc que les prix à la pompe pourraient reculer significativement à partir de cette fin de semaine. Le patron de l’enseigne Leclerc a évoqué sur le plateau de BFMTV une baisse de « 14 à 15 centimes au litre » à partir de ce vendredi. Pour Michel-Edouard Leclerc, il n’y a pas vraiment de rationalité dans ces évolutions de prix qui répondent avant tout à la spéculation et aux anticipations des fournisseurs de carburants car il y a du stock : « même les Russes vendaient et vendent encore du gazole ».

a savoir

Peu d'enseignes de grande distribution proposent des carburants à Paris et en proche banlieue à la différence des autres régions. Or, ce sont ces enseignes qui proposent souvent le carburant à "prix coûtant", contrairement aux stations indépendantes ou affiliées à des groupes pétroliers.

Commentaires (7)
  • Eric-63
    Eric-63posté le 12.03.2022 à 16:48

    les bobos parigos vont pouvoir comprendre les difficultés rencontrés par le peuple d'en bas

  • Utilisateur2162532
    Utilisateur2162532posté le 12.03.2022 à 14:25

    Quel plaisir d habiter le 7 ou le 16e, le bonheur.

  • bronngeor
    bronngeorposté le 11.03.2022 à 15:24

    Non seulement le baril de pétrole monte mais l'Euro descend et comme le prix du baril est en dollars voila les conséquences. L'Euro n'est pas si important que ça.

  • botony
    botonyposté le 11.03.2022 à 11:47

    Tu te demande d'ou il sorte ceux qui sont au ministère.....1,88..merci les pigeons y en a qui engraissent
    pendant ce temps

  • domipa
    domipaposté le 11.03.2022 à 11:39

    Comme toujours, quand ça monte, ça monte vite, très vite, quand ça baisse, ça baisse lentement, très lentement. Il serait temps de réguler un peu ce marché car pour l'automobiliste, ce n'est pas vivable et Macron, au lieu de faire des ronds de jambe à l'Europe presqu'entière ferait bien de s'en occuper avant son départ définitif.

  • domipa
    domipaposté le 11.03.2022 à 11:38

    Comme toujours, quand ça monte, ça monte vite, très vite, quand ça baisse, ça baisse lentement, très lentement. Il serait temps de réguler un peu ce marché car pour l'automobiliste, ce n'est pas vivable et Macron, au lieu de faire des ronds de jambe à l'Europe presqu'entière ferait bien de s'en occuper avant son départ définitif.

  • jepirad
    jepiradposté le 11.03.2022 à 11:47

    C'est de l'escroquerie.

Quotidien
Actu0

Achats alimentaires : l’inflation porte les ventes en ligne

Boostées par la crise sanitaire, les ventes en ligne de produits alimentaires ont bondi de près de 60% en trois ans et continuent de gagner du terrain. Avec l’inflation, les Français sont de plus en plus nombreux à opter pour les caddies numériques.

Lire la suite