Malus auto : un surcoût de 121 millions d’euros en 2018

Budget Actu 0

Au total, le durcissement du barème permettra à l’Etat de récolter 388 millions d’euros. La taxe atteindra 10.500 euros à partir de 185g de CO2 par km.

Reuters

C’est désormais une tradition et 2018 n’échappera pas à la règle. L’an prochain, le barème du malus automobile sera à nouveau durci.

Comme en 2017, le tarif débutera à 50 euros. Mais l’entrée se fera dès 120g de CO2 par km et non plus à partir de 127g. La ponction augmentera ensuite gramme par gramme (comme cette année). A 140g, il faudra par exemple débourser 1.050 euros, contre 473 euros actuellement.

En haut de tableau, la taxe maximale sera appliquée à compter de 185g. Elle s’élèvera à 10.500 euros. A titre de comparaison, le tarif le plus élevé est aujourd’hui de 10.000 euros pour les véhicules émettant au moins 191g de CO2 par km.

Le malus automobile en 2018
Source : PLF 2018
CO2Tarif (€)CO2Tarif (€)CO2Tarif (€)CO2Tarif (€)
1205013669015226101685810
1215313777315327731696053
1226013886015429401706300
1237313995315531131716553
12490140105015632901726810
125113141115315734731737073
126140142126015836601747340
127173143137315938531757613
128210144149016040501767890
129253145161316142531778173
130300146174016244601788460
131353147187316346731798753
132410148201016448901809050
133473149215316551131819353
134540150230016653401829660
135613151245316755731839973
18410290
185 et +10500

388 millions d’euros

Au total, Bercy espère des recettes annuelles de 388 millions d’euros en 2018, contre 347 millions d’euros en 2017. Estimer que le surcoût du nouveau barème sera de quelque 40 millions d’euros serait toutefois faux.

De fait d’année en année, le parc soumis au malus diminue. Et les véhicules qui entrent dans le champ de la mesure émettent également moins de CO2. Ainsi un maintien du barème actuel n’aurait pas permis de maintenir les recettes à leur niveau de 2017.

Par rapport à un barème inchangé, Bercy estime donc que la nouvelle grille permettra à l’Etat d’encaisser 121 millions d’euros de recettes complémentaires.

Financer les aides aux véhicules propres

Comme chaque année, le gouvernement espère bien entendu atteindre l’équilibre entre ces recettes et les dépenses d’aide à l’acquisition de véhicules propres, désormais recentrées sur les véhicules électriques, avec un bonus de 6.000 euros.

Le malus servira aussi à financer la prime à la conversion des véhicules diesel d’avant 2001 et des véhicules essence d’avant 1997. La prime de base sera de 1.000 euros, passera à 2.000 pour les foyers non imposables et grimpera à 2.500 euros pour l’achat d’un véhicule électrique.

Une surtaxe luxe

Les automobilistes ne doivent également pas oublier qu’un amendement au projet de loi de finances prévoit de surtaxer les véhicules de luxe, au-delà de 36 chevaux fiscaux. L’achat de voitures d’occasions de plus de 15 chevaux sera également plus lourdement imposé.

Commentaires (2)
  • bob-watt
    bob-wattposté le 19.10.2017 à 10:02

    Ils sont même pas capable de trouver un système fiable pour déterminer exactement la quantité de CO2.
    Les constructeurs vont encore trouver une nouvelle combine pour tricher............

  • bob-watt
    bob-wattposté le 19.10.2017 à 09:55

    La voiture, la vache à lait.............Ils vont bien nous remettre la vignette comme nouvelle recette !!!

Quotidien
Analyse0

Malus auto : une fiscalité absurde

Le système actuel ne taxe pas la pollution générée par l’automobiliste mais la présomption de pollution. Ce qui n’est pas exactement la même chose.

Lire la suite