Les tarifs pratiqués en matière d’assurance chien

Banque Assurance Actu 0

Les dépenses liées à la santé d’un chien peuvent être très élevées, les tarifs vétérinaires étant libres. Pour couvrir au moins partiellement ces frais, il est indispensable d’assurer son fidèle compagnon.

Publi-rédactionnel - Les compagnies d’assurances pour chiens proposent différentes formules pour un taux de remboursement compris entre 50 et 100 % des dépenses engagées dans la limite d’un plafond par année de souscription. Avant de souscrire, mieux vaut comparer les tarifs pratiqués en matière d’assurance chien (cf. source) car ils sont extrêmement variables.

Des taux de remboursement compris entre 50 et 100 %

Lorsqu’un propriétaire de chien souhaite souscrire un contrat d’assurance auprès d’une mutuelle santé animalière, il doit prendre soin d’étudier les différents taux de remboursement qui sont appliqués. Ce facteur impacte le montant de la cotisation. Toutes les compagnies d’assurances animaux proposent différentes formules qui couvrent plus ou moins bien l’animal et remboursent plus ou moins son maître. Dans la grande majorité des cas, il est possible de trouver chez les assureurs pour chiens :

  • Une formule basique ou mini dont le coût moyen mensuel est d’une quinzaine d’euros : le taux de remboursement est de 50 % à 70 % des frais vétérinaires mais aussi des dépenses liées à la chirurgie et aux soins médicaux. Ce type de formule économique ne prend pas en charge tous les actes. Il s’agit donc d’une assurance chien qui ne couvre que partiellement les dépenses courantes en matière de santé animalière. La majorité des assureurs imposent un plafond annuel de remboursement qui se situe entre 1 000 et 1 200 € pour ce type de formule.
  • Une formule medium ou confort dont le coût moyen par mois est de 28 € : le taux de remboursement se situe en général dans une fourchette comprise entre 70 et 85 %. Ce type de contrat offre une couverture plus large que dans le cas d’une formule de base, que ce soit en cas de maladie ou d’accident, comme les examens d’imagerie, les urgences, les analyses de sang ou encore les interventions chirurgicales entre autres. Le plafond annuel de remboursement est de 1 500 € au maximum.
  • Une formule complète, souvent appelée formule Premium dont la cotisation moyenne mensuelle est de plus ou moins 50 € : elle propose un taux de remboursement de l’ordre de 90 à 100 % des dépenses engagées. Avec ce type de contrat, l’animal est parfaitement couvert et son propriétaire économise sur les frais de santé, le plafond de remboursement des soins par année de souscription pouvant atteindre 2 200 €. Le maître peut en plus bénéficier d’un forfait annuel pour couvrir au moins en partie les soins de prévention comme les vaccins, la stérilisation, l’identification par pose d’un transpondeur (puce électronique) ou encore les vermifuges par exemple. Pour une formule Premium, ce forfait peut atteindre 150 € par an.

Bien entendu, quel que soit le contrat choisi par le maître, les compagnies ne remboursent pas les frais de santé vétérinaires qui découlent de mauvais traitements, ni les dépenses engagées par le maître du chien si l’animal contracte la rage car cela signifie qu’il n’a pas été vacciné contre cette maladie.

Bien comparer les tarifs des mutuelles pour chien avant de souscrire

Plus la prise en charge du chien est étendue, plus la cotisation mensuelle dont doit s’acquitter son propriétaire est élevée. Les tarifs appliqués par les compagnies d’assurance varient donc en fonction de la nature du risque et bien entendu du taux de remboursement. Il est nécessaire de se livrer à une petite comparaison des formules proposées par les différentes assurances santé pour animaux afin de trouver la solution la mieux adaptée à son fidèle compagnon, mais également au budget de son maître.

Pour ce faire, l’idéal est de recourir à un comparateur d’assurances animaux, petit outil en ligne malin, simple d’utilisation, fiable, et qui fournit les informations souhaitées en un temps record. L’outil comparatif permet au maître du chien de demander autant de devis qu’il le souhaite, gratuitement et totalement sans engagement, afin de comparer tranquillement les taux de remboursement et les tarifs appliqués avant de se décider. Il est important de prendre le temps d’étudier aussi les conditions générales précisant par exemple l’étendue des garanties, les exclusions, le délai de carence, les possibilités de changer de formule, les modalités de résiliation.

Après étude des différentes offres, le propriétaire d’un chien trouve toujours une formule qui lui convient parfaitement. Après la souscription, et à l’issue de l’éventuel délai de carence appliqué par certaines compagnies, il pourra se faire rembourser, partiellement ou totalement, les frais liés à la santé de son animal. Par exemple, une consultation chez un vétérinaire coûte au minimum 30 € et 90 € chez un vétérinaire comportementaliste, une stérilisation est facturée à partir de 120 € pour un mâle et au minimum 200 € pour une femelle. Des sommes importantes qui peuvent peser lourd dans le budget d’une famille.

Age et état de santé du chien font varier les tarifs d’assurance canine

Il est vivement recommandé de souscrire un contrat d’assurance santé pour son chien le plus tôt possible, ce qui est possible dès l’âge de 2 ou 3 mois. Cela est indispensable pour qu’il puisse bénéficier d’un suivi vétérinaire hors pair sans que son maître n’ait à asphyxier son budget. Nous l’avons vu, les tarifs des vétérinaires sont appliqués librement et peuvent varier du simple au double. Même pour un animal en bonne santé, les différentes consultations et actes de prévention à effectuer périodiquement peuvent donc coûter cher. En ce qui concerne les chiens très jeunes, ils sont particulièrement exposés à des risques de maladies car leur système immunitaire n’est pas encore totalement développé. Ce sont aussi de grands explorateurs du monde qui les entoure, et par voie de conséquence, ils risquent l’accident à tout moment. Grâce à la mutuelle santé chien, le maître bénéficie de remboursements au moins partiels, ce qui représente une économie substantielle.

Assurer son chien lorsqu’il est très jeune est également préférable car nombre de compagnies d’assurance animalière n’acceptent pas les canidés au-delà d’un certain âge. Cette limite dépend de la race du chien, certains étant considérés comme âgés dès l’âge de 5 ans, d’autres à partir de 8 ans. Certes, des assureurs acceptent malgré tout de couvrir les chiens séniors, mais quelques-uns appliquent un tarif plus élevé que celui qui concerne les jeunes chiens. De même, un animal qui présente un état de santé fragile ou qui a des antécédents médicaux peut ne pas être assuré ou sa prise en charge peut entraîner une augmentation de la police d’assurance.

A titre informatif, en France les propriétaires de chiens jouent volontiers la carte de la prévoyance et n’attendent pas que leur fidèle compagnon tombe malade ou soit accidenté pour songer à l’assurer auprès d’une mutuelle animalière.

Commentaires
Quotidien
Actu0

Hausse du Smic : pas de coup de pouce en vue

D’après Les Echos, le groupe d’experts suggère de s’en tenir à la revalorisation automatique en janvier et propose même de revoir par la suite la formule de calcul.

Lire la suite
Quotidien
Actu0

Retraites : le calendrier de vos paiements en 2018

Sauf exception pour raisons de calendrier, les pensions du régime général seront versées le 9 du mois et celles de l’Agirc et de l’Arrco le 1er. Tableau détaillé…

Lire la suite