Les prix des billets de train et d’avion vont décoller en 2023

Budget Actu 0

Hausse des prix partout partout.

iStock

L’inflation encore. Ce vendredi 18 novembre, à la fois la SNCF et les compagnies aériennes viennent d’annoncer de nouvelles hausses de tarifs pour les prix de leurs billets l’année prochaine.

Pour les trains, les tarifs vont augmenter en moyenne de 5% pour les TGV et les Intercités à partir du 10 janvier. Ces hausses de prix ne concerneront pas les Ouigo ni les billets bénéficiant des tarifs plafonnés de la carte Avantages (vendue 49€ pour un an, et actuellement en promotion à 24,5€ jusqu’au 28 novembre – mais les "tarifs maximums", qui s’appliquent aux réservations tardives, ainsi que ceux de la clientèle professionnelle ("Business Premiere") et des abonnements pour les voyageurs fréquents ("Liberté", "Max Actif"...).

Quant aux conditions d’annulation – qui avaient été largement assouplies depuis la pandémie de Covid – celles-ci seront plus restrictives, puisqu’il faudra annuler ou modifier son billet 7 jours avant le départ pour éviter les frais, contre jusqu’à 3 jours actuellement. Ces frais seront par ailleurs augmentés de quatre euros, pour passer à 19€.

Plus de 16% de hausse en un an pour les billets d'avion

Du côté de l’aérien, les prix vont également subir une nouvelle augmentation à courte échéance, ont prévenu les représentants du secteur aérien français. Les billets d’avion ont déjà fortement grimpé depuis un an : +18,9% au départ de la France en moyenne sur un an. +14,2% pour les liaisons intramétropolitaines, +16,7% entre la métropole et l’outre-mer, et +24,3% à l’international pour les liaisons moyen-courrier.

La Fédération nationale de l’aviation et de ses métiers (Fnam) a expliqué devant la presse qu’elle n’avait pas le choix d’augmenter à nouveau ses tarifs, en raison d’une inflation générale sur les coûts salariaux, les surcoûts des liaisons vers l’Asie qui doivent contourner l’espace aérien russe, la hausse des prix du pétrole (environ 50% sur un an) ou encore celle du dollar, dont 40% des dépenses s’effectuent dans cette devise (carburant, mais aussi équipement et pièces mécaniques…)

Commentaires