Les applications de minicrédits abusent-elles avec leurs taux de crédit ?

Budget Actu 0

L’UFC-Que Choisir appelle les consommateurs à la plus grande prudence avant de souscrire ce type de crédits.

Reuters

L’UFC-Que Choisir vient de dénoncer l’opacité des tarifs des offres de minicrédits sur internet qui dissimulent parfois des taux d’intérêts réels démesurés. L’association de défense des consommateurs a déposé plainte à l’encontre de trois établissements (Bling, Cashper et Floa Bank) pour pratiques commerciales trompeuses et appelle les consommateurs à la plus grande prudence avant de souscrire ce type de crédits, dans l’attente d’un assainissement du secteur par la loi européenne.

Une petite dette reste une dette

Il faut dire que ces applications facilitant la trésorerie des ménages rencontrent un énorme succès et que les faibles montants en jeu en font parfois perdre la notion de l’importance des frais associés. La simplicité et l’originalité de ces applications les destinent surtout à un public de jeunes consommateurs connectés aux fins de mois difficiles, une catégorie de Français qui n'a pas été épargnée par la crise du coronavirus. Il s’agit par exemple de recevoir une avance de 50 à 100 € qui sera remboursée dans les jours ou les semaines qui suivent, directement par prélèvement dès la perception de son salaire ou de ses allocations. Cela peut d’ailleurs permettre d’éviter des frais bancaires de découvert souvent élevés.

Oui mais voilà, l’UFC-Que Choisir n’apprécie guère le discours marketing bien rôdé de ces prêteurs qui présentent leur offre comme sans danger, rétorquant au passage que ces prêts instantanés de petites sommes (jusqu’à 1.000 € quand même selon les offres) exposent comme n’importe quel crédit à un endettement ainsi qu’à des impayés susceptibles de fragiliser encore davantage son budget.

Pas de limite de taux d’usure

L’association dénonce aussi le fait que ces minicrédits échappent à la règlementation des crédits à la consommation. En conséquence, les taux d’intérêt peuvent allègrement dépasser le taux d’usure qui encadre le crédit conso. C’est le cas pour un versement immédiat de 100 € qui peut engendrer des frais de 4 à 30 €, selon les établissements, pour un remboursement dans les 1 à 3 mois. Même si les montants en jeu restent faibles, le taux d’intérêt dépasse souvent 100% alors que le taux d’usure le limite actuellement à 21,07% pour un crédit conso.

A noter que si le client patiente 14 jours pour obtenir son versement, l’avance peut alors être gratuite chez Bling et Cashper. Mais dans les faits, cette contrainte de temps empêche souvent de choisir cette formule avantageuse…

Commentaires
Quotidien
Analyse0

La note salée des frais de transferts d’argent internationaux

L'objectif de développement durable de l’Onu visant à réduire le coût des envois de fonds à 3% en 2030 ne devrait pas être atteint en France. Les commissions pratiquées, en particulier pour les flux Nord-Sud, restent aujourd'hui bien plus élevées.

Lire la suite