La limitation des paiements en espèces dans les commerces fait polémique

Banque Assurance Actu 0

La Fédération des Entreprises de Sécurité Fiduciaire a saisi la semaine dernière la Direction Générale de la Concurrence et de la Répression des Fraudes...

Reuters

La limitation des paiements en espèces dans les commerces pour prévenir les risques de propagation du virus continue à faire polémique. La Fédération des Entreprises de Sécurité Fiduciaire (FEDESFI) a saisi la semaine dernière la Direction Générale de la Concurrence et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) au sujet du refus du paiement en espèces ouvertement affiché par plusieurs commerçants indépendants et enseignes de distribution.

Les banques favorisées

La FEDESFI, dont les adhérents ont notamment pour activité le transport de fonds, le traitement de valeurs et la gestion des distributeurs de billets, cite à l’appui les cas de grandes enseignes de bricolage et de vins et spiritueux, ainsi que ceux de différents petits points de vente, qui refusent les espèces pour éviter la propagation du virus. Or, la généralisation des paiements par carte bancaire a sérieusement fait chuter l’activité relative à la distribution et gestion des espèces. En parallèle, cela favorise les banques qui prélèvent une petite commission sur tous les paiements par carte.

Privilégier mais pas contraindre

La FEDESFI invoque le fait que le refus de paiement en espèces dans les commerces ne fait pas partie des mesures restrictives envisagées par la loi du 23 mars 2020 relative à l’état d’urgence sanitaire et rappelle que le refus de recevoir des espèces constitue une infraction. Cela conduit aussi à exclure les consommateurs qui ne disposent pas de carte de paiement. La fédération ne manque pas aussi de souligner que le paiement électronique déplace des risques sur la manipulation des cartes bancaires ou des terminaux de paiement. En tout cas pour les utilisateurs n’utilisant pas l’option de paiement sans contact (jusqu’à 50 € désormais)...

a savoir

Certains commerces de proximité comme les boulangeries se sont équipés de monnayeurs électroniques évitant de manipuler les pièces de monnaies, un équipement onéreux car il doit être relié à la caisse enregistreuse.

Commentaires (7)
  • covid13
    covid13posté le 23.05.2020 à 12:05

    c est clair qu en ce moment, le "black" a pris des plombs dans l aile .... tt comme les "soit disant", ptits boulots non declares.....y en a plein qui du avoir mal à leurs revenus avec ces 3 mois de confinement !
    on ne peut pas gagner sur tous les tableaux ...

  • kaminaze
    kaminazeposté le 21.05.2020 à 15:21

    mort au cash !

  • jacduboc
    jacdubocposté le 20.05.2020 à 20:11

    Pas plus tard que cet après midi, dans mon bureau de poste on m'a obligé à payer 3.11 euros par carte bancaire...

  • charlie.C
    charlie.Cposté le 21.05.2020 à 10:44

    un bureau de poste a tenté également de m'obliger ( par sécurité, a dit l'employé .....) à régler mon affranchissement de 1, 90 € par CB ..... j'ai répondu que le paiement en espèces était parfaitement légal et que je n'avais aucune envie de compliquer ma comptabilité avec des sommes modestes. il n'a pas insisté et a pris mes pièces

  • john-mev
    john-mevposté le 20.05.2020 à 17:05

    Tout est dit " le refus de recevoir des espèces constitue une infraction".
    Tout le reste c'est du bavardage.

  • cg2046
    cg2046posté le 20.05.2020 à 04:48

    A votre avis, le risque est plus grand de payer en espèces ou de se retrouver dans un magasin avec des gens sans masque, à moins d'un mètre, et qui ont manipulé des articles ? Donc pour moi c'est simple boycott !

  • lbda21
    lbda21posté le 19.05.2020 à 16:52

    Encore et toujours l'Etat escroc et de connivence avec les banques; l'argent virtuel sur les comptes peut subir une attaque de supervirus qui détruise tous ces comptes; merci l'état sans anticipation.

Quotidien
Actu0

Chômage partiel : ce qui change au 1er juin

Si les modalités de la prise en charge de l'activité partielle par l'Etat et l'Unédic évoluent à compter du 1er juin, rien ne bouge pour les salariés, qui percevront une indemnité identique.

Lire la suite
Quotidien
Analyse0

Quelle sanction en cas d'erreur dans le DPE ?

Bien qu'obligatoire depuis 2011 dans les ventes et locations immobilières, le DPE n'a qu'une valeur informative. Si celui-ci est erroné, le préjudice subi par l'acquéreur s'analyse en une perte de chance de négocier une réduction du prix de vente.

Lire la suite
Quotidien
Actu0

Un logement sans prises raccordées à la terre n’est pas décent

Un locataire peut être indemnisé parce que son logement est dépourvu de prises de terre. En revanche, il ne peut se faire rembourser ses frais de déménagement, s'il ne démontre pas que celui-ci a été causé par l’indécence du logement qu’il louait.

Lire la suite