Inflation des prix de l’énergie : le gouvernement va faire un geste pour les HLM et les copropriétés

Budget Actu 0

La ministre du Logement a annoncé ce mercredi l'extension du "bouclier tarifaire" aux tarifs du chauffage collectif. Les détails sont attendus dans les prochains jours.

Reuters

Le plafonnement des prix du gaz n’a pas bénéficié aux offices HLM ni aux copropriétés. Leurs habitants prennent actuellement de plein fouet l’inflation des tarifs de l’énergie.

La faute au mode de chauffage collectif dont la plupart des logements sociaux dépendent (et une partie des copropriétés), qui repose sur des contrats de fourniture aux tarifs distincts des tarifs réglementés, plafonnés par l’Etat, et qui s’appliquent aux contrats individuels.

Pour répondre aux appels répétés des professionnels face à cette situation, la ministre du Logement Emmanuel Wargon a annoncé ce mercredi une extension du "bouclier tarifaire" aux contrats collectifs pour combler « ce trou dans la raquette ».

Un dispositif dévoilé dans quelques jours

Invitée de Sud Radio, la ministre a déclaré que « le gouvernement s'engage à couvrir les copropriétaires dans les copropriétés et les locataires dans les HLM. [..] Nous allons élargir pour couvrir ceux qui aujourd'hui ne sont pas couverts. »

Les contours du dispositif seront annoncés dans les prochains jours, promet l’exécutif, qui planche sur « la solution la plus simple et la plus rapide à mettre en place ».

D’après des données rapportées mardi par Le Parisien, 4,9 millions de logements dépendent du chauffage collectif (18 % du parc), dont 2 millions en HLM, qui concentrent une forte proportion de ménages très modestes.

La flambée des prix de l’énergie débutée il y a quelques mois a frappé fortement les locataires de ces logements sociaux. Engie, qui fournit 25% du marché du chauffage collectif, chiffre l’augmentation moyenne subie actuellement par foyer à 400€ par an pour une facture initiale de 1.000€, rapporte la société à nos confrères.

Commentaires
Quotidien
Actu0

Ce qui change au 1er mai

La principale nouveauté concerne le montant du salaire minimum. Revalorisé en octobre dernier, puis en janvier, le Smic sera encore augmenté le 1er mai.

Lire la suite