Indemnité inflation : cette fois c'est bon

Budget Actu 0

Sans surprise, l’indemnité inflation ou "classe moyenne" annoncée par l’exécutif au mois d’octobre a été adoptée hier en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Le Sénat l'avait rejetée plus tôt dans la journée.

Reuters

Retoquée par le Sénat, l’indemnité inflation de 100 euros, qui doit être versée à environ 38 millions de Français, a été adoptée en deuxième lecture à l’Assemblée nationale mercredi 24 novembre au soir.

Intégrée dans le second projet de loi de finances rectificatives pour 2021, la mesure a été adoptée par 39 voix contre 12.

Rejet du Sénat

Le texte avait été rejeté plus tôt dans la journée par le Sénat. La semaine dernière, la commission des finances de la Chambre Haute avait retoqué l’indemnité inflation et proposé à la place de renforcer ponctuellement des aides existantes « et mieux ciblées » : une majoration exceptionnelle de 150€ de la prime d’activité, une allocation exceptionnelle de 150€ pour les bénéficiaires de minimas sociaux et de prestations sociales, ainsi qu’une dotation supplémentaire destinée aux aides à la mobilité versées aux chômeurs et jeunes en parcours d’insertion.

Sans surprise, ces propositions n’ont pas été retenues en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, qui a donc réintégré au texte l’une des mesures-phares du dispositif "anti-inflation" déployé par l’exécutif depuis la fin de l’été.

Face aux critiques de La France Insoumise pour qui cette indemnité est mal ciblée, et représente «une goutte d’eau dans un baril de pétrole », Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat au ministre de l’Economie, a défendu une « mesure simple, rapide, efficace » face à la hausse des prix galopante.

Conditions d’attribution

Pour rappel, l’indemnité inflation va concerner environ 38 millions de personnes touchant moins de 2.000€ par mois, un montant qui correspond au revenu net mensuel médian en France (estimé à 1.940€ en 2019), et qui sera pris sur la base des revenus touchés au mois d’octobre.

Cette prime défiscalisée (pas d’impôt à payer ni déclarer), et individualisée (si un couple gagne chacun moins de 2.000€, les conjoints auront donc tous les deux droit à l’aide) sera versée à tous les Français remplissant cette condition de revenus, quelle que soit leur situation : bénéficiaires de minimas sociaux, chômeurs, salariés, indépendants, retraités, mais aussi apprentis et étudiants.

Elle sera versée entre le mois de décembre et la fin février selon la situation : les salariés et les étudiants boursiers la recevront le mois prochain, les bénéficiaires de minimas sociaux, demandeurs d’emploi, et étudiants non boursiers bénéficiaires des aides au logement en janvier, et les retraités en février.

Commentaires
Quotidien
Actu0

Gare à la fraude aux chèques pendant les fêtes

Ce moyen de paiement reste le plus fraudé en France devant la carte bleue. La période de Noël est particulièrement propice à ces escroqueries, prévient la Banque de France.

Lire la suite