Elisabeth Borne annonce la création d’un fonds d’aide alimentaire de 60 millions d’euros

Budget Actu 0

En visite jeudi 3 novembre dans la Marne, la Première ministre a annoncé le déblocage de 60 millions d’euros pour permettre aux ménages les plus précaires d’accéder à une alimentation de qualité.

iStock

En déplacement à la Banque alimentaire de Reims, dans la Marne, hier, Elisabeth Borne a promis la création d’un fonds d’aide alimentaire. Cette enveloppe dotée de 60 millions d’euros, qui sera distribué entre les réseaux nationaux « qui proposent de l’aide alimentaire, dans des appels à projets que l’on va lancer », et des projets locaux « au travers des préfets de région », sera destinée à améliorer l’accès des ménages fragiles à une alimentation durable. La Première ministre a indiqué que les préfets pourront soutenir dans ce cadre des initiatives entre les agriculteurs et mettre en place des chèques alimentation durables : « C’est quelque chose que l’on veut pouvoir développer ensuite à l’échelle nationale », a assuré Madame Borne.

Toujours pas de chèques alimentation à l'échelle nationale

Pour l’heure, la mise en place de ces "chèques alimentation" promise par Emmanuel Macron, n’est toujours pas au menu de l’exécutif. Face aux complexités techniques du dispositif initialement envisagé (une aide réservée aux achats alimentaires de produits locaux et durables), le gouvernement avait finalement opté pour un coup de pouce de 100€ distribué à la rentrée à environ 9 millions de foyers, et dont l’utilisation n’est pas limitée aux achats alimentaires.

L’annonce de la Première ministre intervient alors que l’inflation en France, qui avait dans un premier temps touché essentiellement les postes énergie, s’est rapidement propagée à l’ensemble des biens et services, et tout particulièrement aux rayons des supermarchés. L’inflation a dépassé les 6% en octobre sur un an, mais la hausse des seuls prix alimentaires a continué de s’accélérer, passée de 9,9% en septembre à 11,8% le mois dernier. Selon les types de produits, la progression est plus ou moins spectaculaire.

Viandes surgelées et pâtes tiennent le record d'inflation sur un an

D’après le baromètre mensuel de 60 millions de consommateurs en partenariat avec l’institut NielsenIQ, ce sont les viandes surgelées qui ont le plus augmenté en grande surface, avec 25,8% d’augmentation enregistrée en moyenne entre septembre 2021 et septembre 2022, devant les pâtes alimentaires (19,2%), les huiles végétales (16,9%) ou encore le beurre et la crème fraîche (14,2%). Des produits "de base" qui impactent donc d’autant plus les ménages fragiles, dont le poids représente une part beaucoup plus importante dans leur budget que celui de ceux plus aisés.

Le pic de la hausse des prix dans la grande distribution n’est pas encore atteint, préviennent les associations de consommateurs et les professionnels. Les tarifs actuels de beaucoup de produits n’ayant pas encore répercuté l’impact de la hausse de ceux de l’énergie : leur flambée devrait se poursuivre au moins jusqu’au début de l’année prochaine.

Commentaires