Crédits à la consommation : l’inflation galopante fait bondir les taux d’emprunt

Budget Actu 0

L'accélération de la hausse des prix à la consommation et les craintes d'un rapide ralentissement économique ont déjà impacté les prix de ces emprunts.

Unsplash

A l’instar des crédits immobiliers, les taux des crédits à la consommation – qui incluent les emprunts auto, personnels et travaux – sont repartis à la hausse. Librement fixés par les établissements, dans la limite d’un plafond ne dépassant pas le taux d’usure, les taux de ces crédits ont globalement évolué de pair avec l’inflation ces 18 derniers mois.

Avec l’accélération de la hausse des prix et depuis le début la guerre en Ukraine, le spécialiste BtoB des crédits aux particuliers Squirrel observe ces dernières semaines une augmentation « inattendue » de leurs taux, d’une « ampleur surprenante », rapporte cette semaine BFM Business.

D’après la société, le taux moyen de ces prêts serait passé de 3,6% environ en janvier à 3,81% au début du mois de mars, au-dessus de son niveau moyen de 2021 à 3,79%.

Derrière cette moyenne, toutefois, les variations demeurent importantes en fonction de la catégorie d’emprunt (affecté : auto/travaux/moto ; non-affecté : prêts personnels), du montant et de la durée.

Les prêts personnels, particulièrement touchés par une hausse rapide

Selon Squirrel, ce sont les prêts personnels et couvrant les besoins de trésorerie qui subissent les hausses les plus importantes, à +29 points de base par rapport à la semaine précédant le début du conflit, devant les prêts auto et travaux.

  • Pour les crédits autos, d’un montant de 5.000€, les taux moyens relevés par le courtier Empruntis entre le début de l’année et la fin mars sont compris entre 2,65% (pour un emprunt d’une durée de 24 mois) et 4,73% (72 mois). D’après le courtier, les crédits auto se sont envolés progressivement à partir de l’été, et en particulier sur les prêts à court terme et sur les montants les plus faibles.
  • Du côté des prêts personnels (dont les dépenses ne sont pas affectées à un type d’achat en particulier), les taux moyens observés sur les trois premiers mois de l’année vont de 0,53% (12 mois) à 4,71% (72 mois) pour les emprunts de 15.000€. En 2021, toujours selon Empruntis, les taux de crédit personnel ont connu « des hauts et des bas » avec un changement de tendance « brutal » haussier, à partir de l’été, toutefois moins marqué sur les emprunts supérieurs à 15.000€.
  • Enfin, pour les prêts travaux, d'un montant moyen de 5.000€, les taux moyens relevés au 1er trimestre s’étalent de 1,58% (12 mois) à 5,47% (72 mois). Leur évolution a été similaire aux autres types de crédits en 2021 : après un début d’année globalement positif, ils se sont envolés au début du 2nd semestre, et sans distinction de durée ou de montant emprunté.

Un resserrement attendu des conditions d'emprunt

Dans le contexte actuel – une inflation au plus haut depuis environ 40 ans et des projections économiques rendues difficiles par la guerre en Ukraine – les spécialistes s’accordent à penser que la hausse devrait se poursuivre dans les prochaines semaines.

D’après une enquête publiée mardi par la Banque centrale européenne, les établissements de la zone euro devraient resserrer drastiquement leurs conditions d’emprunts ce trimestre face à la montée de ces risques économiques. Un resserrement qui devrait surtout concerner les crédits aux entreprises, mais qui concernera aussi, dans une moindre mesure, ceux accordés aux ménages.

Commentaires
Quotidien
Actu0

Achats alimentaires : l’inflation porte les ventes en ligne

Boostées par la crise sanitaire, les ventes en ligne de produits alimentaires ont bondi de près de 60% en trois ans et continuent de gagner du terrain. Avec l’inflation, les Français sont de plus en plus nombreux à opter pour les caddies numériques.

Lire la suite