Coup de chaud sur les prix des locations de voitures

Budget Actu 0

Moins de véhicules disponibles chez les loueurs, reprise de la demande nationale... les tarifs des locations à la semaine explosent en France, rapporte la plateforme Carigami.

Reuters

Les Français qui ont prévu de louer un véhicule pour les vacances cet été doivent s’attendre à payer le prix fort auprès des réseaux traditionnels : d’après une enquête du comparateur de location de voiture Carigami, le tarif moyen (tous modèles confondus), pour une semaine de location de voiture en France entre le 1er juin et le 31 août, s’élève à 352€, reflétant une augmentation de 35% par rapport à l’été 2019.

+81% pour Biarritz

Mais l’inflation des prix reste très variable selon les villes : Marseille et à Toulon, par exemple, le prix moyen de cette location ressort respectivement à 330€ et 300€, reflétant des hausses "limitées" à 7% et 6%, tandis qu’à Biarritz ou encore à Nice, les tarifs moyens constatés explosent à 464€ et 416€, en hausses respectives de 81% et 74%.

Les 5 villes les plus abordables à date, sont Lille (+9%), Toulouse (+6%), Toulon (+6%), Rennes (+15%) et Marseille (+7%). A Paris, la hausse des prix constatés atteint 18%, avec un tarif moyen de location à 347€ contre 293€ en 2019.

Flottes réduites

C’est la dure loi de l’offre et de la demande : alors que les flottes de véhicules des sociétés de location se sont drastiquement réduites avec la crise, la majorité des Français partant en vacances ont prévu de passer l’été sur le territoire national. Après une année d’enfer pour la filière – marquée par la faillite d’Hertz aux Etats-Unis et d’Europcar en Europe – les entreprises entendent bien profiter de cet effet rattrapage de l’activité touristique nationale pour se renflouer.

Conséquence pour les vacanciers français : il faudra réserver le plus tôt possible pour alléger la douloureuse ou faire appel aux solutions alternatives – et très compétitives – du type Blablacar.

Commentaires
Quotidien
Analyse0

La note salée des frais de transferts d’argent internationaux

L'objectif de développement durable de l’Onu visant à réduire le coût des envois de fonds à 3% en 2030 ne devrait pas être atteint en France. Les commissions pratiquées, en particulier pour les flux Nord-Sud, restent aujourd'hui bien plus élevées.

Lire la suite