Cotisations chômage : les hauts salaires ne paieront pas plus

Budget Actu 0

Manuel Valls a exclu de déplafonner les cotisations. Une mesure qui n’aurait concerné que les salariés gagnant plus de 12.872 euros par mois…

MaxPPP

Comment combler le déficit de l’assurance-chômage ? La solution n’est pas encore trouvée mais une chose est sûre, elle ne passera pas par les hauts salaires. Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, Manuel Valls a démenti hier les rumeurs prêtant au gouvernement l’intention de déplafonner l’assiette de ces cotisations.

Pour mémoire, les cotisations chômage sont actuellement prélevées au taux de 6,4%, dont 4% à la charge de l’employeur et 2,4% pour le salarié. Le salaire pris en compte est par ailleurs limité à 4 fois le plafond de la Sécurité sociale, soit 12.872 euros par mois.

Ainsi, la ponction au titre de l’assurance-chômage est plafonnée à 823,81 euros, dont un peu moins de 309 euros à la charge de l’employé.

Un déplafonnement des cotisations n’aurait donc concerné que les personnes gagnant plus de 12.872 euros et n’aurait rien changé pour les autres. Pour un salarié à 20.000 euros par mois (bruts), le surplus de cotisations aurait par exemple été de 456 euros, dont 171 euros à la charge du salarié.

Les contrats courts dans le viseur

Le gouvernement a-t-il voulu éviter de s’attirer les foudres des salariés aisés (déjà touchés par les réformes fiscales) mais aussi des entreprises, en excluant cette idée dont le rendement aurait sans doute été limité ? Le Premier ministre n’a pas donné plus d’explications.

En revanche, il a dit vouloir travailler sur « le recours excessif aux contrats très courts ». Sans accord des partenaires sociaux, l’exécutif pourrait donc reprendre la main et décider in fine de taxer plus lourdement les CDD. Rappelons qu’en matière d’assurance chômage, les cotisations des entreprises sont déjà alourdies de 0,5 à 3 points pour les CDD de moins de 3 mois.

Commentaires
Quotidien
Actu0

Hausse du Smic : pas de coup de pouce en vue

D’après Les Echos, le groupe d’experts suggère de s’en tenir à la revalorisation automatique en janvier et propose même de revoir par la suite la formule de calcul.

Lire la suite