Contrôle technique : il va falloir se mettre en règle d’ici le 23 juin

Budget Actu 0

Le groupe SGS, numéro 1 du contrôle technique automobile en France avec les réseaux Sécuritest et Auto Sécurité, demande un report des délais à fin juillet.

Reuters

Pendant la période de confinement, le gouvernement avait permis de reporter les délais de validité du contrôle technique et des contre-visites. Ainsi, les automobilistes qui devaient effectuer leur contrôle technique ou contre-visite à compter du 12 mars dernier ont bénéficié de 3 mois supplémentaire mais une ordonnance a désormais fixé au 23 juin l'échéance butoir pour tous les sursis annoncés. Le report des délais n'est donc plus corrélé à l'état d'urgence sanitaire qui a été prolongé jusqu’au 10 juillet.

Engorgement des rendez-vous

Le groupe SGS, numéro 1 du contrôle technique automobile en France avec les réseaux Sécuritest et Auto Sécurité (près de 2.000 centres de contrôle), estime que cette échéance va être trop dure à respecter et constate déjà un engorgement des rendez-vous avec 15 jours d'attente en moyenne, contre 2 habituellement.

Sachant que 55% des véhicules qui devaient se présenter en mars dans les centres du groupe SGS France ne l'ont pas fait et que ce chiffre a grimpé à 83% en avril, SGS estime à au moins 1 million le nombre de contrôles techniques qui ne pourront matériellement pas être réalisés d'ici le 23 juin dans ses centres avec les conditions sanitaires souhaitées qui augmentent le temps passé par véhicule.

Report demandé

Les réseaux Auto Sécurité et Sécuritest représentant environ 30% du marché, ce serait environ 3 millions de véhicules qui seraient concernés pour l'ensemble du secteur. SGS demande donc un report des délais à fin juillet. « Rien qu'au niveau des centres Auto Sécurité et Sécuritest, nous aurons 2,9 millions de véhicules à contrôler d’ici le 23 juin. Au plus fort de l'histoire du contrôle technique, en mai 2018 lors de la réforme majeure, nous avons réalisé 2 millions de contrôles sur une période comparable. Et c'était déjà un exploit ! Nous ne voyons pas comment il est raisonnable de penser que nous serons en mesure d'accueillir tous les automobilistes qui doivent l'être d'ici au 23 juin, avec les précautions sanitaires actuelles », plaident les dirigeants.

Commentaires (2)
  • lbda21
    lbda21posté le 20.05.2020 à 09:32

    Merci messieurs les escrocs du ministère de l'intérieur : celui qui avait un contrôle prévu le 22 juin ne bénéficiera d'un report de 1 jour ! et il aura roulé vraiment que 2 ans moins 3 mois. De l'arnaque à l'état pur de la macronie, sans parler de la volonté délibérée de mettre en danger la vie d'autrui car les trécautions sanitaires ne peuvent être acceptables; que faut-il faire de ce gouvernement de clowns ?

  • lbda21
    lbda21posté le 19.05.2020 à 16:00

    les français doivent boycotter cette idiotie actuellement tant que la sécurité ne sera pas absolue; qui voudra apporter son véhicule indemne pour le récupérer plein de virus partout sur les sièges, les manettes, le capot, etc; le manipulateur sera-t-il décontaminé complètement avant et après ; comment un gouvernement peut-il tenir des propos aussi aberrants et contradictoires avec le reste !

Quotidien
Analyse0

Quelle sanction en cas d'erreur dans le DPE ?

Bien qu'obligatoire depuis 2011 dans les ventes et locations immobilières, le DPE n'a qu'une valeur informative. Si celui-ci est erroné, le préjudice subi par l'acquéreur s'analyse en une perte de chance de négocier une réduction du prix de vente.

Lire la suite
Quotidien
Actu0

Un logement sans prises raccordées à la terre n’est pas décent

Un locataire peut être indemnisé parce que son logement est dépourvu de prises de terre. En revanche, il ne peut se faire rembourser ses frais de déménagement, s'il ne démontre pas que celui-ci a été causé par l’indécence du logement qu’il louait.

Lire la suite