Bouclier tarifaire de l'électricité : Bruno Le Maire annonce son maintien jusqu'en 2025

Budget Actu 0

Le ministre de l'Economie et des Finances vient d'annoncer le prolongement pour deux ans du plafond des prix réglementés de l'électricité. Mais celui du gaz disparaîtra "dès cette année".

Jacques Witt/SIPA

Annonce surprise du ministre de l’Economie en faveur du pouvoir d’achat : sur RTL, ce vendredi, Bruno Le Maire a déclaré qu’il souhaitait maintenir le bouclier tarifaire des tarifs réglementés de l’électricité jusqu’en 2025, tandis que celui des prix du gaz - gelés depuis octobre 2021, puis limités à +15% depuis le 1er janvier 2023 - disparaîtra « dès cette année ».

« Le bouclier sur le prix du gaz n’a plus de raison d’être [dans la mesure où] les prix sont revenus à ce qu'ils étaient avant la crise [...], 50 euros le megawatt/heure », a précisé le ministre sur LCI, qui n'a cependant pas précisé si cette disparition sera plus rapide que prévu, le bouclier tarifaire actuel courant normalement jusqu'à la fin 2023.

Bruno Le Maire a par ailleurs expliqué qu'il « mesurait les inquiétudes qu’il y a sur les factures [de gaz]. Elles sont trop compliquées […] Je réunirai Engie et un certain nombre de fournisseurs de gaz pour leur demander des factures simplifiées pour que nos compatriotes s’y retrouvent ». Une réunion qui aura lieu « dans les prochains jours », pour « simplifier tout cela, éclairer le consommateur ».

Concernant les prix de l'électricité, en revanche, la protection tarifaire de l'Etat se poursuivra jusqu'en 2025 : « Nous allons prendre plus de temps pour sortir du bouclier de l’électricité. Je nous donne deux ans, d'ici début 2025, pour sortir du bouclier sur l'électricité », dont les tarifs restent pour leur part « très élevés ».

Si les prix du marché de gros de l’électricité en France ont décru significativement depuis l’année dernière, d’environ 50%, à un peu plus de 110€ le MWh d’électricité, les cours restent effectivement encore supérieurs aux niveaux constatés en 2020, et au premier semestre 2021, où ils n’avaient pas dépassé les 85€.

Le bouclier tarifaire des prix de l'énergie, qui a protégé les ménages français d'une grande partie de l'inflation en 2022, avait été mis en place en octobre 2021 pour le gaz (avec le gel des prix réglementés) et en février 2022 pour l'électricité (avec des prix plafonnés à +4%).

Ces mesures, très coûteuses pour l'Etat (qui prend en charge la différence auprès des opérateurs), avaient déjà été assouplies au début de l'année : le plafonnement est passé à +15% le 1er janvier pour les tarifs du gaz, puis le 1er février pour ceux de l'électricité.

Commentaires (2)
  • mangrove
    mangroveposté le 21.04.2023 à 11:21

    Ca veut donc dire que la France ne va rien demander comme changement à l 'Europe d'ici là ... et donc jamais.

  • Utilisateur30802
    Utilisateur30802posté le 24.04.2023 à 09:54

    Et non car c'est l'Allemagne qui mène la danse avec ses centrales à gaz et charbon. Hypocritement, plus le tarif est haut plus il encaisse de taxes et taxes sur les taxes le Bruno.

Quotidien
Actu0

Le "panier anti-inflation" prolongé jusqu’à la fin de l’année

Le mois dernier, le ministre de l'Economie avait déjà annoncé que le dispositif se poursuivrait jusqu'à la fin du 2e trimestre. Cette annonce intervient alors que l'industrie agroalimentaire se montre toujours réticente à renégocier ses tarifs.

Lire la suite