Au moins 1,2 million de Français ont tiré des revenus des plateformes de revente en ligne en 2019

Budget Actu 0

Il s’agit de la première fois que les revenus des particuliers sont déclarés aux services fiscaux. La plupart des Français concernés ont reçu en janvier un récapitulatif de leurs rentrées d'argent via ces plateformes durant l’année 2019.

Reuters

La direction générale des Finances publiques a indiqué qu’environ 1,2 million de Français utilisateurs de plateformes de revente en ligne et d’économie collaborative ont été déclarés cette année. Dans le cadre du nouveau dispositif de lutte contre la fraude fiscale, il s’agit de la première obligation imposée aux plateformes de déclarer les revenus de leurs utilisateurs provenant de la vente d’objets d’occasion ou de services comme la location entre particuliers. 99 plateformes, françaises et étrangères, ont effectué des dépôts de déclarations.

Première déclaration

Il s’agit en effet de la première fois que les revenus des particuliers sont déclarés aux services fiscaux. La plupart des Français concernés ont reçu en janvier un récapitulatif de leurs revenus tirés de ces plateformes durant l’année 2019. Ce document leur permettra de compléter leur déclaration de revenus au printemps prochain. En parallèle, les plateformes étaient tenues de transmettre ces mêmes informations à l’administration fiscale, au plus tard le 31 janvier 2020.

L’administration fiscale a d’ailleurs relancé les plateformes défaillantes. Certaines d’entre elles, si elles demeurent défaillantes ne respectent leurs obligations, pourront être sanctionnées, d’une amende égale à 5 % des sommes non déclarées. Elles sont également susceptibles d'être inscrites sur la « liste noire » publique des plateformes qui ne respecteraient pas certaines de leurs obligations fiscales.

Pas d’imposition à craindre dans la plupart des cas

Rassurez-vous, cela ne signifie pas que vous allez être imposés sur ces revenus. Des seuils ont tout d’abord été fixés. Si vous ne dépassez pas 3.000 € de revenus annuels ou que vous n’avez pas réalisé plus de 20 transactions sur une même plateforme, vous serez dispensés de déclaration. Et même si vous dépassez ces seuils, vous ne serez pas forcément imposés car la revente de petits objets, meubles, électroménager ou automobiles reste exonérée. Cette loi vise avant tout à limiter les abus de certains particuliers faisant de ce commerce en ligne une activité régulière qui peut constituer une concurrence déloyale vis-à-vis des professionnels.

Commentaires (2)
  • bronngeor
    bronngeorposté le 21.02.2020 à 11:20

    Vite une taxe vue qu'il n'y en a pas assez en France.

  • Andrew12
    Andrew12posté le 21.02.2020 à 11:01

    autant de moins pour les professionnels du commerce.
    même si , les choses vendues ... il a bien fallu les acheter avant.

Quotidien
Analyse0

Copropriété : précisions sur le délai de prescription

Le délai de prescription d'une action entre un copropriétaire et le syndicat de copropriétaires ne court qu'au jour où ce dernier à connaissance de la mise en location d'un lot de manière irrégulière, et non à la date de la première location.

Lire la suite
Quotidien
Actu0

Trêve hivernale : pas d'expulsions sans relogement

Le ministre du Logement, Julien Denormandie, a affirmé mardi 30 juin que la reprise des expulsions locatives, en juillet, ne pourra pas avoir lieu sans possibilité de relogement.

Lire la suite