Arnaques au remboursement d’impôts : des tentatives de plus en plus sophistiquées !

Budget Actu 0

Les pirates ne font presque plus de fautes d'orthographe et utilisent des adresses mail très proches des vraies.

Reuters

La Direction générale des Finances publiques appelle de nouveau à la vigilance face à la multiplication des manœuvres d’escroqueries mettant en scène les impôts, avec souvent des promesses de restitution d’argent. La semaine dernière, le Fisc a alerté sur des tentatives d'arnaques par courriel ou par téléphone usurpant les adresses électroniques et l'identité d'agents de la DGFiP, notamment celle du Directeur général adjoint des Finances publiques, Antoine Magnant. Certains ont ainsi pu recevoir des faux mails en son nom ou encore des appels téléphoniques de personnes se présentant sous son identité.

Les pirates font des progrès

Il faut donc rester très vigilants quant au contenu des messages que vous recevez en étant notamment attentifs à tous les signes et détails qui peuvent révéler qu'il s'agit d'un message frauduleux. Les fautes d'orthographe ou de syntaxe sont un premier signe courant même si les escrocs prêtent désormais davantage de soin à formuler leur demande correctement et en empruntant les codes de l'administration fiscale. Au moindre doute, l’adresse mail de l’expéditeur doit être examinée. Mais attention, là aussi les pirates font des progrès. Le faux suffixe d'adresse mél utilisé et associé au nom du directeur général adjoint était par exemple "antoine.magnant@dgfip-info-gouv.com". Cette adresse pourrait paraître correcte au premier abord mais les courriels officiels de la DGFiP utilisent toujours des adresses dont le domaine est : @dgfip.finances.gouv.fr.

Des adresses mail très proches des vraies

D’autres ont pu recevoir des demandes de renseignements complémentaires invitant à cliquer sur un lien (technique d’hameçonnage ou « phishing ») afin de confirmer un remboursement d’impôt sous une adresse très proche de celle officiellement utilisée : "ne_pas_repondre@dgfipfinancesgouv.fr" au lieu de "ne-pas-repondre@dgfip.finances.gouv.fr". Difficile en effet de voir la différence au premier coup d’œil. Mais ce type de message doit immédiatement vous alerter car les services de la direction générale des Finances publiques ne demandent jamais de coordonnées bancaires, d'informations personnelles, de données d'identification ou autres informations sur des factures par courriels ou téléphone. Dans le doute, il suffit d’ailleurs de se connecter à son espace personnel du site impots.gouv.fr. pour retrouver la trace d’une éventuelle demande officielle.

Concernant les appels téléphoniques, certaines tentatives d'escroquerie recourent à la technique du "spoofing" qui permet de faire apparaître un autre numéro de téléphone que celui réellement utilisé par l'émetteur de l'appel, en l'espèce celui de la DGFIP (01.40.04.04.04), ce qui permet de tromper la vigilance du destinataire de l'appel.

Commentaires (1)
  • servadac
    servadacposté le 25.01.2022 à 17:04

    Ce ne sont vraiment que les plus naïfs qui se laissent avoir à ce piège. Tous ces messages venant de banques ou d'autres administrations passent dans les " indésirables"

Quotidien
Actu0

Ce qui change au 1er mai

La principale nouveauté concerne le montant du salaire minimum. Revalorisé en octobre dernier, puis en janvier, le Smic sera encore augmenté le 1er mai.

Lire la suite