Achats alimentaires : l’inflation porte les ventes en ligne

Budget Actu 0

Boostées par la crise sanitaire, les ventes en ligne de produits alimentaires ont bondi de près de 60% en trois ans et continuent de gagner du terrain. Avec l’inflation, les Français sont de plus en plus nombreux à opter pour les caddies numériques.

Reuters

Deux millions d’acheteurs en ligne supplémentaires en douze mois toutes catégories de produits et services confondues, et 58% de hausse pour le seul segment de l’alimentaire en trois ans.

Avec la pandémie et les confinements, les habitudes de consommation des Français se sont transformées et ont fait exploser les ventes en ligne.

Aujourd’hui, c’est la crise du pouvoir d’achat qui prend le relais de cette croissance toujours insolente. Et l’inflation des prix à la consommation, qui touche principalement l’énergie et les produits de première nécessité, profite en particulier aux achats alimentaires.

Une tendance amorcée avec la pandémie, aujourd'hui portée par l'inflation

« Avec la crise sanitaire, les consommateurs ont pris l’habitude d’acheter des produits alimentaires sur internet, analyse Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, qui vient de publier une enquête Médiamétrie sur les achats en ligne de produits alimentaires des Français réalisée en avril. Aujourd’hui, dans le contexte inflationniste, alors que 60% d’entre eux considèrent que leur budget alimentaire a augmenté, ils continuent à se tourner vers les sites de e-commerce. Ils leur permettent à la fois de mieux maîtriser leur budget pour 48% d’entre eux mais également pour 23% des internautes de se faire livrer et donc de ne pas utiliser leur voiture. »

Maîtriser son budget, et chasser les bonnes affaires

Plus de la moitié (51%) des cyberacheteurs de produits alimentaires considère ainsi que la part de leurs achats effectués en ligne a augmenté ces douze derniers mois.

Le e-commerce leur permet de mieux maîtriser leur budget en ayant davantage de lisibilité sur leur panier pendant leur shopping, de limiter les frais d’essence en se faisant livrer, mais aussi de faire la chasse aux bonnes affaires : 22% considèrent qu’il est plus facile d’utiliser et de trouver des bons de réduction et des promotions en ligne.

« L’étude montre que les plateformes de la grande distribution et les pure players généralistes restent les principaux acteurs de l’e-commerce alimentaire », explique Xavier Lemuet, directeur des grandes enquêtes de Médiamétrie.

Selon le classement du premier trimestre des sites Internet du e-commerce des sites les plus consultés en France, Leclerc (+1 place), Carrefour (-2 places) et Lidl (+1 place) sont dans le top 10, derrière quatre "pure players" de la vente en ligne - le mastodonte Amazon (près de 35,5 millions de visiteurs uniques par mois), Le Bon Coin, CDiscount et Vinted - ainsi que la Fnac, à la 5e position.

Grande distribution et pure players

Selon Xavier Lemuet, « les plateformes de la grande distribution ont profité d’un effet confinement qui a conduit au développement massif du drive (34% des internautes), tandis que les pure players séduisent les internautes avec des prix attractifs et une livraison rapide. Au-delà, d’autres types de plateformes se développent, en répondant à une volonté de consommer mieux, de manière plus responsable ou plus vite pour les plateformes de quick commerce. Parmi elles, les applications anti-gaspi, dont l’audience internet a fortement progressé ces quatre dernières années, sont aujourd’hui connues par 42% des internautes et utilisées par 17% d’entre eux. Des usages qui vont certainement continuer de progresser dans un contexte inflationniste qui impacte le budget alimentaire des ménages. »

Une tendance de réflexe "anti-crise" que reflète bien la progression de Lidl. Car si l'enseigne, au classement trimestriel, est derrière Carrefour et Leclerc, celle-ci les dépasse maintenant en termes de nombres de visiteurs uniques par jour (1,7 million).

Tickets de caisse numérisés permettant de suivre facilement l’évolution des prix d’un achat à l’autre, coupons de réduction activables en un clic et opérations promotionnelles exclusives : l'appli de l’enseigne du hard-discount, qui accentue par ailleurs sa stratégie de séduction d’une clientèle plus aisée, a trouvé la formule en cette période d’inflation galopante.

Montée de l'occasion

La crise ne profite pas qu’au segment de l’alimentaire. Le business en ligne de l’occasion entre particuliers a également le vent en poupe, comme le montre Le Bon Coin, avec 27,84 millions de visiteurs uniques par mois, 2e site de e-commerce le plus visité de France après Amazon. Vinted, spécialisée dans les vêtements, est passée de la 5e à la 4e place du classement des sites de e-commerce ce trimestre. eBay gagne aussi une place (16e), et talonne SNCF Connect. Enfin, le site de ventes privées Veepee se hisse de la 16e à la 14e place.

Commentaires