A 60 ans, 1 Français sur 3 n’est ni en emploi ni à la retraite

Seniors Actu 0

La Drees vient de publier une étude dans laquelle elle explique que le recul de l’âge de la retraite augmente les dépenses liées aux minima sociaux et aux pensions d’invalidité

Reuters

On peut parler de revers de la médaille, voire d’effets pervers. Par l’intermédiaire de la Drees, le ministère des Affaires sociales vient en effet de publier une étude montrant que le recul de l’âge de la retraite (de 60 à 62 ans) n’a pas que des avantages.

Le document rappelle en effet qu’à l’âge de 60 ans, une personne sur trois n’est ni en situation d’emploi, ni à la retraite. D’où un surcoût pour les dispositifs de soutien concernés. Certaines de ces personnes sont en effet en invalidité, d’autres sont couvertes par un minimum social.

Invalidité

En matière d’invalidité, le recul de 60 à 62 ans de l’âge de la retraite a deux conséquences. Il maintient plus longtemps dans le champ du dispositif les personnes qui étaient déjà couvertes. Par ailleurs, il ouvre des droits à de nouveaux bénéficiaires, âgés de 60 à 62 ans. La Drees chiffre le surplus à 125.000, voire 150.000 personnes à compter de la fin 2017, avec à la clé un coût supplémentaire de 1,2 à 1,5 milliard d’euros pour les régimes gérant les pensions.

Minima sociaux

Le même phénomène existe du côté des minima sociaux. D’après la Drees, le nombre de bénéficiaires est mécaniquement accru de 11.000 pour le RSA, de 42.000 pour l’allocation adulte handicapé (AAH) et de 25.000 pour l’allocation de solidarité spécifique.

Ainsi, le supplément d’allocations est évalué à 600 millions d’euros par an pour ces quelque 80.000 personnes.

Un solde toujours positif

Au total, ces effets négatifs pourraient donc approcher des 2 milliards d’euros, voire les dépasser. Certes, et la Drees prend bien soin de le souligner, ces surcoûts seront loin de remettre en cause les avantages financiers du recul de l’âge de la retraite. Néanmoins, ils absorberont une partie des économies attendues sur les dépenses des régimes de retraite, qui sont estimées à 14 milliards d’euros à l’horizon 2017-2020.

Commentaires (9)
  • JOJO52
    JOJO52posté le 18.10.2016 à 22:20

    Nous avons trop de personnes dans cette situation alors que leurs ex-employeurs gagnent de l'argent , mais la problématique c'est la redistribution ( Dirigeants trop payés et trop de Dividendes aux Actionnaires) et pendant ce temps les fleurons de notre économies disparaissent.

  • Michel First
    Michel Firstposté le 12.10.2016 à 18:01

    Je suis ni au boulot ,ni a la retraite.
    Et pourtant je ne suis pas dans la merde.
    En accord avec ma grosse entreprise je suis en congés de fin de carrière.
    Et je ne suis pas le seul.
    Pourtant dans votre article on n'en parle pas.

  • alain7075
    alain7075posté le 12.10.2016 à 15:42

    Les migrants vivent mieux que nos retraités ! Bravo la France !

  • matou56
    matou56posté le 12.10.2016 à 14:12

    Du blé y'en a pour les migrants donc pas de soucis !!!!

  • zatery
    zateryposté le 12.10.2016 à 13:17

    Tient, il revient, oh! le petit sacripant trop nul ce site!

  • zatery
    zateryposté le 12.10.2016 à 13:15

    Mon commentaire a disparu.. devinez pourquoi?

  • zatery
    zateryposté le 12.10.2016 à 13:09

    Ben ça en fait du baratin.... et pour justifier quoi? qu'à 60ans.... si on n'est pas ni au boulot ni à la retraite, ben c'est qu'on est dans la merde! et il faut encore un tas de monde pur l'écrire? Mais, lâcher les nous !!!!

  • a1039
    a1039posté le 12.10.2016 à 12:12

    Les coûts présentés sont annuels, les économies globales; n'y aurait-il pas comme un biais de formulation ?

  • special
    specialposté le 12.10.2016 à 15:05

    matou a aboyer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Quotidien
Actu0

Hausse du Smic : pas de coup de pouce en vue

D’après Les Echos, le groupe d’experts suggère de s’en tenir à la revalorisation automatique en janvier et propose même de revoir par la suite la formule de calcul.

Lire la suite