4 millions de travailleurs pourraient bientôt bénéficier d’une prime Covid

Budget Actu 0

Les employés d'une douzaine de secteurs particulièrement exposés au coronavirus pendant le premier confinement devraient recevoir une aide exceptionnelle de l'Etat, dont les contours seront dévoilés lundi.

Reuters

Le gouvernement devrait annoncer la semaine prochaine la mise en place d’une nouvelle aide financière à l’intention des travailleurs de « la deuxième ligne », ces salariés, indépendants et entrepreneurs en dehors du secteur de la santé dont l’activité, indispensable au fonctionnement du pays, les a particulièrement exposés au coronavirus au plus fort de la crise.

D’après des sources des Echos, confirmées dans la presse ce matin, Matignon devrait offrir aux travailleurs d’une douzaine de secteurs d’activité un coup de pouce financier exceptionnel sur le modèle de la Prime Macron, mise en place en 2019 pour répondre à la contestation sociale des Gilets Jaunes.

Une prime défiscalisée ?

Les salariés du bâtiment, de l’emploi à domicile, de l’agriculture, les vendeurs et caissiers du commerce, les travailleurs du secteur de la propreté ou encore les manutentionnaires seraient concernés par cette nouvelle aide qui devrait être défiscalisée et dont le montant, à l’instar de la prime Macron, devrait être laissé à la discrétion des employeurs.

Pour sélectionner les secteurs éligibles, deux critères ont été retenus : l’exposition potentielle au coronavirus, et la présence sur site des travailleurs durant le 1er confinement. D’après les estimations de la CFDT, elle devrait concerner environ 4 millions de personnes.

Le système de la prime n’est pas complètement acté : le gouvernement se décidera ce week-end sur la forme que prendra cette aide financière.

Au-delà de ce coup de pouce, le gouvernement a promis de mieux valoriser dans la durée ces métiers en améliorant la rémunération et la formation des travailleurs. A cette fin, d’ici à la fin de l’année, chacun des secteurs concernés par l’aide devra présenter au gouvernement un état des lieux des conditions d’emploi et de travail de leurs salariés.

Commentaires (1)
Quotidien
Analyse0

La note salée des frais de transferts d’argent internationaux

L'objectif de développement durable de l’Onu visant à réduire le coût des envois de fonds à 3% en 2030 ne devrait pas être atteint en France. Les commissions pratiquées, en particulier pour les flux Nord-Sud, restent aujourd'hui bien plus élevées.

Lire la suite