« L’art est un marché où beaucoup de collectionneurs se frottent les mains »

Art Avis d'Expert 0

Arnaud Dubois, Responsable placements art moderne et contemporain à l'Institut du Patrimoine

Institut du Patrimoine

Vous ne le savez peut-être pas mais l’art c’est aussi un marché où beaucoup de collectionneurs se frottent les mains.

La croissance économique mondiale suscite une augmentation du nombre d’amateurs actifs sur le marché de l'art entrainant une demande forte en œuvre d'art dont l'offre se raréfie pour les artistes internationaux.

Les collectionneurs se sont multipliés et le nombre d’enchères millionnaires a décuplé en seulement une décennie! Ces collectionneurs, hommes d’affaires, professions libérales disposent de peu de temps et vont de moins en moins en galerie préférant se focaliser sur quelques  grandes manifestations leur apportant une large vision du marché. Cet engouement planétaire s’illustre par le succès des foires d’art contemporain.

Parmi les plus importantes d’entre elles, la suisse Art Basel, la londonienne Frize, l’américaine Art Basel Miami et bien sûr la très parisienne FIAC qui s’est tenu du 24 au 27 octobre 2013.

Sous la magnifique verrière du Grand Palais, 184 galeries provenant de 25 pays ont exposé les chefs d’œuvres des artistes qu’ils défendent.

Mais l’attrait de cette foire c’est aussi la force de proposition de son parcours « Hors les murs », unique en son genre, où le public pourra jusqu’au 15 novembre admirer dispersées dans Paris, des œuvres monumentales comme ce formidable groupe de personnages de  Dubuffet au petit Palais ou cette sculpture de Valentin Carron au jardin des Tuileries.

Malgré une foire de qualité avec une programmation intelligente, un public intellectuel et des collectionneurs puissants, la Fiac reste handicapé par son manque de direction internationale.

Art Basel déjà à Bâle s’installe à Miami et à Hongkong et Frize London s’établit à New York. Cet attrait de l’expansion concerne même les foires d’art ancien comme la très prestigieuse TEFAF de Maastricht qui part à la conquête du marché chinois.

Les stratégies de ces grandes foires sont claires ; créer une marque à l’échelle internationale et rencontrer les collectionneurs directement à domicile.

Les foires capitalisent sur leurs notoriétés et exportent les recettes de leurs succès. Or la FIAC a largement atteint sa maturité pour s’exporter et par la même consolider son statut international. Une telle envergure donnerait un coup de fouet au marché de l’art contemporain français dont le produit des ventes d’art contemporain ne cesse de reculer (2,79% en 2013) face au triumvirat, Etats-Unis (33,72 %), Chine (33,70%) et Royaume Unis (21,10%).

Sur l’échiquier international de l’art, la place historique parisienne est incontestable…mais pour combien de temps ?

Arnaud Dubois

Le parcours d'Arnaud Dubois

Directeur associé, IP ART

Après plusieurs années passées au sein de prestigieuses galeries d’art contemporain et sociétés de ventes aux enchères internationales, Arnaud Dubois est aujourd'hui directeur associé de l'IP ART. Conseiller en gestion de patrimoines artistiques, il répond aux différents besoins des particuliers et professionnels qui souhaitent se constituer un patrimoine artistique en vue d'une diversification patrimoniale

Commentaires
Passion
Actu0

Le marché de l’Art peine encore à se digitaliser

L’an dernier, les beaux-arts (peinture, sculpture, lithographie…) ont représenté 32 % des ventes en ligne, loin devant les montres et les bijoux (23 %) selon le rapport Hiscox 2020.

Lire la suite