Dossier Investir autrement

Voitures anciennes : peut-on allier placement et plaisir ?

Automobile Analyse 0

Acheter un véhicule de collection peut être une bonne opération financière. Toutefois, le gain n'est pas systématique

Se faire plaisir tout en plaçant son argent. Le principe peut paraître contradictoire. Pourtant, il existe des moyens de lier ces deux critères. L'automobile de collection en est un. Elle a en effet montré ces dernières années qu'elle pouvait être un placement efficace.

La thématique est d'ailleurs devenue à la mode récemment. Et à l'occasion du salon Retromobile de Paris (du 6 au 10 février 2013), il fait peu de doute que certains visiteurs vont tenter de dénicher de bonnes affaires.

16% de hausse en 2012

Il faut dire que les évolutions récentes du marché ont de quoi attirer les regards. L'indice Hagi des véhicules de collection a gagné 16% en 2012, soit 2,5 points de plus que l'indice boursier mondial S&P 1200. Les sous-indices Hagi dédiés aux Ferrari et aux Porsche ont même progressé sur l'année écoulée de respectivement 19,7% et 21%.

Sur une plus longue période, les chiffres sont tout aussi flatteurs. Depuis la fin 2008, ce même indice Hagi des véhicules anciens a progressé de 60%, soit 12,5% par an.

Reste qu'à l'image des marchés actions, celui des véhicules anciens n'est pas exempt de secousses. Comme l'explique un expert chez l'éditeur spécialisé LVA, il y a eu une forte inflation autour de 1989-1992, suivie d'une chute du marché. Et la seconde vague de hausse n'est intervenue qu'à partir des années 2000.

Des évolutions contrastées

Autant dire que ce marché n'est pas non plus à l'abri des bulles. Sans compter qu'il faut intégrer un autre élément. Comme celui des actions, le marché de l'automobile ancienne n'est pas homogène. Selon les modes et les périodes, les variations de prix peuvent être très disparates selon les catégories et les modèles.

Il suffit d'ailleurs d'observer quelques exemples précis pour s'en rendre compte. Une Renault 8 Gordini 1100 vaut aujourd'hui 35.000 euros en bon état contre 70.000 francs au moment du passage à l'euro, selon les chiffres fournis par LVA. Sa cote a donc été multipliée par 3,5 (2,9 en tenant compte de l'inflation). La valeur d'une Triumph TR4 cabriolet a pour sa part été multipliée par 2,2 (1,9 retraité de l'inflation). On peut donc dire que ces modèles auront constitué pour leurs propriétaires de bons placements. D'autant que les véhicules anciens disposent d'un statut fiscal à part, qui les exonèrent notamment d'ISF.

En revanche, une Peugeot 304 cabriolet vaut sensiblement le même prix qu'il y a dix ans. Elle a même perdu 10% de sa valeur en tenant compte de l'inflation.

Investir dans un véhicule ancien n'est donc pas synonyme de gain automatique. Comme pour tout investissement, il convient surtout de ne pas agir à la légère... et d'intégrer dans son budget un autre facteur important : l'entretien et les éventuels frais de restauration.

Commentaires
Passion
Actu0

Un test pour les Porsche de collection

La vente Automobiles en scène du 17 juin présentera 16 modèles de la marque et permettra de vérifier l’intérêt des collectionneurs alors que les prix ont reculé de 10% depuis la fin 2016

Lire la suite