Dossier Investir autrement

Marché de l'art : la France au quatrième rang mondial !

Art Actu 0

Elle compte pour 5% des transactions réalisées dans le monde

Véritable référence dans le secteur, le rapport annuel Tefaf sur le marché de l'art vient de livrer ses conclusions pour 2012. Publié à l'occasion du salon d'art et d'antiquités de Maastricht, le document souligne notamment que la France est restée l'an passé au quatrième rang mondial du marché de l'art.

L'Allemagne loin derrière

En un an, les ventes ont chuté de 13% en valeur dans l'Hexagone, faisant reculer de 6% à 5% la part de marché du pays à l'échelon mondial. La France, qui avait perdu sa troisième place en 2007 au profit de la Chine, reste malgré tout loin devant l'Allemagne qui ne représente pas plus de 2% du marché mondial. Mais elle demeure encore plus loin de la troisième marche du podium, occupée par le Royaume-Uni avec une part de marché de 23%. A lui seul, le Royaume-Uni regroupe les deux-tiers des transactions réalisées sur le Vieux continent.

D'une manière plus générale, le rapport pointe un recul de 7% du marché mondial en 2012, à 43 milliards d'euros. Cela tient autant à la baisse du nombre de transactions (-3,5% à 35,5 millions d'opérations) qu'au recul de la valeur moyenne des ventes (-3,7% à 1.212 euros).

La Chine recule

L'autre fait marquant tient au changement de hiérarchie. La Chine qui était passée au premier rang mondial en 2011 (avec 30% du marché en valeur) a vu ses ventes reculer de 24% en 2012 à 10,6 milliards d'euros. Le pays est ainsi retombé au deuxième rang (25% du marché) derrière les Etats-Unis qui grâce à une croissance de 5% (avec 14,2 milliards d'euros) ont apporté au marché mondial de l'art le tiers de son activité.

Face à l'incertitude économique, le rapport Tefaf note que les acheteurs ont surtout recherché de la sécurité. Conséquence, les meilleures performances ont été enregistrées par les artistes les plus renommés.

Les enchères pour les pièces de grande valeur

L'art d'après-guerre et l'art contemporain ont notamment vu leurs ventes cumulées grimper de 5% à 4,5 milliards d'euros atteignant même un nouveau record. L'art moderne a beaucoup plus souffert. Après le pic de 3,8 milliards d'euros atteint en 2011, les ventes dans cette catégorie ont chuté de 17% à 3,2 milliards d'euros.

Le document souligne enfin que les enchères ont représenté 48% des volumes (20,1 milliards d'euros). Elles concernent généralement les pièces de plus grande valeur. Pour preuve, le prix moyen a dépassé les 31.500 euros et même les 48.000 euros aux Etats-Unis.

Commentaires
Passion
Actu0

Un test pour les Porsche de collection

La vente Automobiles en scène du 17 juin présentera 16 modèles de la marque et permettra de vérifier l’intérêt des collectionneurs alors que les prix ont reculé de 10% depuis la fin 2016

Lire la suite