Coup de froid sur la cote des vieilles Porsche

Automobile Analyse 0

Les modèles de la marque ont vu leurs prix chuter de 6% en deux mois et de plus de 12% depuis la fin 2016. Un revers qui fait suite à des années de flambée.

Artcurial

Le temps de la « folie Porsche » est-il passé sur le marché des véhicules anciens ? Les chiffres incitent en tout cas à la prudence. En deux mois (janvier-février), l’indice Hagi consacré à la marque et basé sur les transactions du secteur a cédé 6,11%, à 318,94 points.

Certes, en ce début d’année, l’ensemble du marché est en repli (-3,96%). Mais le recul enregistré par les vieilles Porsche est le plus important parmi toutes les marques suivies par la société spécialisée.

3 ans et demi de gains effacés

Ce repli est d’autant plus spectaculaire qu’il fait suite aux baisses de 6,5% et de 0,18% constatées respectivement en 2018 et 2017. Ainsi, les prix des modèles de Stuttgart ont plongé de 12,4% depuis le pic atteint fin 2016. Il faut plus précisément remonter à la rentrée 2015 pour trouver une valeur d’indice équivalente. Autrement dit, les prix sont revenus sur leurs niveaux d’il y a environ 3 ans et demi.

Il est vrai que les signes d’accalmie se sont multipliés ces derniers temps sur le marché. En février dernier, le bilan de la vente Rétromobile organisée par Artcurial a par exemple été très mitigé. La moitié des quelque 100 lots proposés à la vente n’a pas atteint le prix minimal espéré et plusieurs véhicules prestigieux sont restés sur le bord de la route.

Il apparaît clairement que les acheteurs sont désormais beaucoup plus sélectifs en matière de prix mais aussi de modèles recherchés.

Une progression toujours confortable depuis 10 ans

On peut aussi supposer que les Porsche anciennes paient le prix de leur flambée du milieu des années 2010. Pour mémoire, de fin 2013 à fin 2016, leurs prix ont bondi de 64%, certains modèles comme les Carrera RS 2,7 l atteignant alors des niveaux stratosphériques.

Il est d’ailleurs important de rappeler qu’en dépit du repli récent, la marque reste un bon placement sur longue période. Depuis la création de l’indice fin 2008, les prix ont été multipliés par 3,19, soit une progression annuelle moyenne d’un peu plus de 12%.

Attention aux frais

Il convient tout de même de relativiser cette rentabilité moyenne. Les indices de prix des voitures anciennes ne tiennent évidemment pas compte des frais à la charge du propriétaire (assurance, entretien, parking…). Or, à l’arrivée l’écart peut être important.

L’une de nos analyses récentes basée sur l’exemple d’une Mercedes SL l’a montré. En trois ans, la cote du véhicule a gagné 45%, soit 12,9% par an en moyenne. Mais en intégrant 150 euros d’assurance, 1.000 euros de parking et 1.000 euros d’entretien chaque année, la rentabilité de ce placement sur trois ans tombe à 1%.

Commentaires (1)