Une Citroën Ami 6 au prix...d’une Audi A3 neuve !

Automobile Actu 0

La vente de véhicules anciens menée par Artcurial à Monaco confirme l’étonnante santé dont fait preuve le marché des voitures de collection, y compris pour des modèles populaires

Artcurial

Le marché des véhicules de collection ne connaît pas de ratés. Alors qu’à fin mai, l’indice dédié aux voitures anciennes de prestige progressait déjà de 19% sur l’année, la vente conduite en début de semaine à Monaco par Artcurial a confirmé cette santé éclatante.

Des estimations largement dépassées

Parmi les 59 lots proposés, 57 ont trouvé preneurs pour une recette globale de 3 millions d’euros. Nombre de véhicules haut de gamme ont notamment dépassé les estimations. En tête, une AC Cobra 427 roadster de 1965 a été vendue pour 439.200 euros, soit 10% au-dessus de son évaluation.

Une Lancia Stratos 1976 a quant à elle été enlevée pour 312.900 euros (estimée à 250.000 euros) tandis qu’une Alfa Romeo Montreal de 1972 a tout simplement doublé son estimation avec un prix de vente de 72.200 euros.

Presque 6 fois sa cote pour l’Ami 6 de 1963

Si l’engouement pour ce type de voitures n’est pas nouveau, cette vente montre surtout que la flambée touche également des véhicules populaires à la valeur jusqu’ici plus modeste. Par exemple, un scooter Lambretta side-car de 1958 est monté jusqu’à 15.600 euros alors que son estimation ne dépassait pas les 8.000 euros. Idem pour une Volkswagen Coccinelle cabriolet ayant participé à la caravane du Tour de France. Evaluée à 8.000 euros, elle a été acquise pour le double.

Enfin, le cas le plus emblématique reste certainement celui d’une simple Citroën Ami 6 berline de 1963. Les experts n’en attendaient pas plus de 6.000 euros, soit peu ou prou sa cote actuelle. Finalement, les enchères se sont arrêtées au niveau spectaculaire de 33.700 euros. Soit le prix d’une Audi A3 neuve de milieu de gamme.

Commentaires
Passion
Analyse0

Coup de froid sur la cote des vieilles Porsche

Les modèles de la marque ont vu leurs prix chuter de 6% en deux mois et de plus de 12% depuis la fin 2016. Un revers qui fait suite à des années de flambée.

Lire la suite