Les actions plus performantes que les placements plaisir

Art Actu 0

Selon une étude du Crédit Suisse, les actions devancent largement le vin, les voitures de collection ou l’art sur une longue période.

Si les placements plaisir offrent la satisfaction de détenir un actif tangible, ils restent malgré tout moins performants que les actions dans la durée. Telle est la conclusion de l’étude menée dans la dernière édition du « Crédit Suisse Global Investment Returns ».

Pour comparer ces différents actifs, la banque a comparé leurs indices respectifs… de 1900 à 2017

Actions

Avec un indice multiplié par 387 (dividendes réinvestis), un placement en actions a généré un rendement annuel moyen de 5,18% depuis le début du siècle dernier (net d’inflation). Il est également à noter que, contrairement à celle de nombreux actifs tangibles, la courbe des actions affiche sur la période une progression assez régulière en dépit de crises ponctuelles.

Art, vins, violons et timbres

Crédit Suisse a d’abord comparé les actions à quatre types d’actifs pour lesquels des données (de différentes sources) sont disponibles depuis 1900.

L’indice des vins a par exemple été multiplié par 65, traduisant une hausse annuelle moyenne de 3,6% par an. Les timbres affichent une performance annuelle de 2,57%, devançant de peu les violons (2,38%). Quant à l’art, il a dégagé un rendement moyen de 1,88%, à peu près équivalent à celui des obligations (2%).

En moyenne, ces quatre actifs alternatifs affichent ainsi une performance annuelle de 2,9% depuis 118 ans, inférieure de 2,3 points à celle des actions.

Toutefois, il faut souligner que ces actifs ont surtout vu leurs prix décoller à partir des années 1960. Depuis cette période, l’indice de l’art a par exemple progressé de 3,9% par an en moyenne, selon nos calculs. Le vin affiche de son côté une performance annuelle moyenne de 6,85% depuis 1955.

Voitures, bijoux, livres rares

Pour les voitures, les bijoux ou les livres, les comparaisons sur longue période sont plus difficiles, les données disponibles étant plus récentes : 1980 pour les voitures, 1974 pour les livres et 1985 pour les bijoux.

Pour leurs calculs, les équipes de Crédit Suisse ont donc bâti un indice en considérant que les performances antérieures à ces dates étaient équivalentes à la performance moyenne des autres actifs alternatifs. Dans ces conditions, les multiplicateurs avancés sur longue période (242 pour les voitures, 30 pour les bijoux et 7 pour les livres) sont à prendre avec précautions.

En revanche, on peut noter que les prix des voitures anciennes ont gagné en moyenne 8% par an depuis 1980 alors que l’évolution de l’indice des livres anciens a été plus chaotique, avec au bout du compte une progression annuelle moyenne inférieure à 0,5% depuis 1974.

Commentaires
Passion
Actu0

Enchères : débuts timides pour la nouvelle Alpine

L’un des 1955 exemplaires initiaux de la nouvelle A110 était proposé hier à la vente. A 62.000 euros hors frais, l’enchère la plus élevée n’a dépassé que de 3.500 euros le prix neuf du véhicule.

Lire la suite