"Les non-résidents sont-ils soumis aux prélèvements sociaux sur leurs revenus de source française ?"

Pratique Avis d'Expert 0

Olivier Rozenfeld, président de Fidroit

Fidroit

Depuis la décision de la CJUE De Ruyter du 26 février 2015 et après les communiqués successifs de l’administration en la matière[1] ou encore les LFSS contrariées par les tribunaux[2] mais aussi l’avis du Conseil Constitutionnel[3], difficile était la tâche de ceux en charge d’éclairer le traitement social des non-résidents.

La situation vient de s’éclaircir avec la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019.

Pour les revenus autres qu’immobiliers, les non-résidents non affiliés à la sécurité sociale en France, qu’ils soient résidents de l’UE ou d’un état tiers, ne sont pas redevables de prélèvements sociaux. C’est le cas des plus-values de valeurs mobilières, des dividendes, issus de sociétés françaises, des rachats sur des contrats d’assurance-vie souscrits en France…

Pour les revenus et plus-values immobilières[4], les non-résidents affiliés dans l'UE, dans l'EEE ou en Suisse à un régime de sécurité sociale et non affiliés à la sécurité sociale en France ne sont plus soumis à la CSG, ni à la CRDS pour les revenus d'immeubles perçus depuis le 1er janvier 2018 et pour les plus-values immobilières à compter du 1er janvier 2019. Ils restent cependant soumis au prélèvement de solidarité de 7,5 % sur ces mêmes revenus soit les revenus fonciers, les revenus de locations meublées non soumises aux cotisations sociales et les plus-values immobilières[5].

Il est à noter que les personnes non-résidentes fiscales en France mais de nationalité française peuvent cotiser à la caisse des français de l'étranger. Cette caisse n'est pas un régime de sécurité sociale obligatoire en France, ces personnes ne sont donc pas soumises à la CSG ni à la CRDS. Dans ce cas, le prélèvement de solidarité de 7,5 % reste dû[6].

A l’inverse, attention, depuis 2012, les non-résidents affiliés à un régime de sécurité sociale hors UE, EEE et Suisse et non affiliés à la sécurité sociale en France sont redevables des prélèvements sociaux au taux de 17,2 % en France sur les revenus et plus-values d’immeubles situés en France, c'est-à-dire : les revenus fonciers, les revenus de locations meublées non soumises aux cotisations sociales et les plus-values immobilières.

[1] Communiqués des 19/11/2015, 05/02/2016

[2] Cour d'appel de Nancy du 31 mai 2018 et Tribunal Administratif de Strasbourg du 11 juillet 2017.

[3] C.Constitutionnel 09/03/2017

[4] vente d’immeubles autant que fonds immobiliers tels que les FPI (CGI. art. 239 nonies) les actions de SIIC si le cédant détient 10 % ou moins du capital de la société (CGI. art. 208 C), les actions de SPPICAV (CGI. art. 208, 3° nonies), les parts et actions de sociétés à prépondérance immobilière.

[5] Css. art. L.136-6, I bis et I ter - Css. L.136-7, I bis et I ter (CSG), Art. 15 de l'ordonnance du 24 janvier 1996, n°96-50 (CRDS) CGI, Art. 235 ter, II (Prélèvement de solidarité)

[6] TA Rouen du 18 oct 2018, n°1602593

Olivier Rozenfeld

Le parcours d'Olivier Rozenfeld

Président, Fidroit

Diplômé du DESS en Gestion de Patrimoine de Clermont-Ferrand, Olivier Rozenfeld est Président du groupe Fidroit depuis 1998, société au sein de laquelle il est entré en 1995.

Commentaires (1)
  • CurlCie
    CurlCieposté le 04.04.2019 à 19:47

    Bonjour,
    Qu'en est-il du remboursement de la CSG-CRDS pour la période 2015-2018?

Impôts
Actu0

ISF/IFI : la proposition de rectification du fisc doit être motivée

L'administration fiscale doit donner plusieurs termes de comparaison pour l’évaluation des immeubles, dès lors qu'elle entend démontrer que le patrimoine d’un contribuable dépasse le seuil d’imposition à l’ISF. Une solution valable pour l'IFI.

Lire la suite