« Faites un investissement citoyen avec votre ISF ! »

Astuces Avis d'Expert 0

Stéphane Absolu, directeur du pôle d’expertise patrimoniale chez Cyrus Conseil

Cyrus Conseil

Il existe trois grandes façons de réduire son ISF : le don, l’investissement dans les PME et la diminution de la base d’imposition.

Le don permet sous certaines conditions de bénéficier d’une réduction de 75 % dans la limite de 50 000 €. En aidant une fondation, le versement est fait à fonds perdus, mais vous soutenez une cause qui vous tient à cœur. C’est un acte fort, qui donne du sens à votre patrimoine à travers une cause à dimension humaine.

En choisissant d’investir dans les PME, vous pouvez soutenir l’économie jusqu’à 90.000 euros avec une réduction de 45.000 euros des sommes versées. Si votre choix est pertinent, vous devez retrouver votre investissement, voire dégager une plus-value au bout de 5 ans.

Pour diminuer votre base d’imposition, vous pouvez utiliser le mécanisme du démembrement ou anticiper avec une donation la transmission de votre patrimoine à vos enfants majeurs.

Rappel des enjeux

Il y a 330.000 assujettis à l’ISF en France dont 20 à 25 % investissent dans les PME pour un montant de 1 milliard d’euros environ. Le mot PME recouvre plusieurs réalités : de la TPE à la PME, comme un hôtel, un restaurant, un établissement d’accueil pour personnes âgées… et des sociétés jusqu’à 500 salariés.

Il existe pléthore d’offres sur le marché et il est donc difficile de faire un choix tout seul.

Le private equity devient avec le temps une vraie classe d’actifs qui dépasse le simple enjeu d’optimisation fiscale.

Comment pratiquer ?

On peut distinguer 3 manières d’investir.

Avec le Love money, vous pouvez investir dans la société du fils de votre voisin ou d’un ami, mais vous prenez un risque important. C’est dans cette option que l’on constate le plus de bêtises faites avec parfois la perte de l’investissement.

En optant pour les FIP/FCPI, vous pouvez déduire jusqu’à 50% de votre versement dans la limite de 18.000 euros en investissant dans un fonds qui investit lui-même dans plusieurs sociétés, donc avec une dilution du risque.

Enfin, il est possible d’investir dans des holdings (avec mandats ou en direct). L’allègement peut là aussi atteindre 50% de votre versement, mais dans la limite de 45 000 euros. L’analyse de l’offre est primordiale.

On dénombre une quarantaine de sociétés de gestions agrées pour une centaine d’offres de défiscalisation : la vraie question est donc la sélection du bon support d’investissement.

Comment choisir ?

Les critères de sélection que nous retenons chez Cyrus pour construire notre offre est valable pour tout investisseur.

Le premier point concerne la qualité de la société de gestion. L’objectif est de construire une relation de confiance, dans la durée. En moyenne, vous investissez pour 6 à 10 ans sur un produit. Il faut donc la garantie d’une certaine pérennité et d’une compétence durable pour suivre les investissements.

Les principaux critères à surveiller sont :

-L’expérience et la qualité des équipes de gestion

-La solidité de la société (bilan)

-Le niveau d’expertise (track record)

-La qualité de service (reporting)

-Les performances de la gestion

Il est également important de regarder la stratégie des offres. Cela permet de comprendre:

La stratégie d’investissement (segment, positionnement),

-Les thématiques d’investissements : diversifiées ou spécifiques,

-Le stade d’investissement : amorçage, capital développement,

-Le niveau de risque.

Nos règles d’or pour investir

Il faut toujours investir en privilégiant un objectif économique et non fiscal !

Le premier mot d’ordre est de diversifier ses investissements:

-par rapport au reste de votre patrimoine

-par rapport aux sous jacents : par exemple, si vous avez beaucoup d’immobilier, privilégiez d’autres thématiques

Il est également impératif d’intégrer les besoins de liquidités. N’oubliez pas que vous investissez pour une durée de 6 à 10 ans : il faut donc anticiper vos besoins de liquidités pendant cette période.

Il faut aussi évaluer son appétence ou non pour le risque. L’investissement dans les PME, même si la réduction fiscale joue le rôle d’amortisseur, reste un placement non garanti en capital et comporte des risques. Il peut y avoir des secousses durant la vie du produit et il faut être en mesure de les accepter, même si le bilan se fait à la sortie. En effet, tant qu’il n’y a pas eu de cas de défaut, il y a une espérance de rendement.

Enfin, il ne faut pas attendre le dernier moment pour investir : vous aurez moins de choix, mais l’investissement reste possible jusqu’au 10 juin.

Pour les clients Cyrus, nous avons sélectionnés des partenaires qui ont acquis une vraie expérience d’investissement dans les PME, ce qui n’est pas une garantie de succès mais une sécurité face à l’échec ! C’est sur leur expertise que nous comptons pour réaliser des investissements de qualité. Et leur raison d’être n’est pas l’optimisation fiscale.

Nous sommes convaincus que le private equity est devenu une classe d’actif de diversification très intéressante, décorrélée des marchés financiers, avec un potentiel de plus-values intéressantes.

Stéphane Absolu

Le CV de Stéphane Absolu

directeur du pôle d'expertise patrimoniale, Cyrus Conseil

Titulaire d'un DJCE et d'un BA in European Business Law, Stéphane Absolu a travaillé au service transmission d'entreprise à l'Etude Monassier à Paris, puis a intégré l'ingénierie patrimoniale et la direction de la gestion de patrimoine de HSBC. Il a rejoint en 2015 Cyrus conseil en tant que directeur du pôle d'expertise patrimoniale

Commentaires
Impôts
Analyse0

Impôts : optimiser n’est pas frauder

Le public a parfois du mal à faire la différence entre ces deux notions. Pourtant l’optimisation ne consiste qu’à réduire ses impôts de manière tout à fait légale.

Lire la suite
Impôts
Actu0

Bitcoin : vos gains sont imposables !

L’administration n’a pas attendu l’envolée de la crypto-monnaie pour clarifier sa position. Les gains doivent être déclarés et sont soumis à l’impôt sur le revenu.

Lire la suite