Dossier Tout savoir sur la campagne 2022 de l’impôt sur le revenu

Reconduction de l’exonération d’impôt sur le remboursement des frais de télétravail

Pratique Actu 0

Dans des limites de 2,50 € par jour, 55 € par mois et 580 € par an.

Reuters

La Direction générale des Finances publiques a confirmé la reconduction des mesures exceptionnelles pour le traitement fiscal des frais professionnels engagés au titre du télétravail en 2021. Comme l’an dernier, les allocations versées par l’employeur pour couvrir les frais de télétravail à domicile, qui peuvent prendre la forme d’indemnités, de remboursements forfaitaires ou encore de remboursements de frais réels, sont exonérées d’impôt sur le revenu, dans les limites de 2,50 € par jour, 55 € par mois et 580 € par an. Les frais courants généralement nécessités par l’exercice de la profession ne sont pas concernés et seul le télétravail à domicile est concerné par ces exonérations.

Le montant du revenu imposable prérempli devrait prendre en compte ces exonérations

En pratique, il appartient aux employeurs d’identifier, dans les informations qu’ils transmettent à l’administration fiscale, les remboursements ou les allocations exonérés d’impôt sur le revenu. Ainsi, le montant du revenu imposable prérempli qui apparaîtra le mois prochain sur votre déclaration de revenus ne devrait pas, en principe, inclure de telles allocations. Il faudra s’en assurer en vérifiant les montants préremplis par rapport à ceux figurant sur votre bulletin de paie de décembre ou sur l’attestation fiscale annuelle délivrée par l’employeur.

Frais réels

Pour les salariés ayant opté pour la déduction des frais professionnels pour leur montant réel et justifié, les frais professionnels engagés au titre du télétravail à domicile pourront être déduits forfaitairement à hauteur des mêmes montants (2,50 € par jour, 55 € par mois et 580 € par an), le contribuable conservant la possibilité de les déduire pour leur montant exact si cela lui est plus favorable.

Commentaires
Impôts
Analyse0

Impôts locaux : l'inflation risque de faire mal l'an prochain

L’inflation de novembre déterminera le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives avec à la clé une nouvelle hausse de de la taxe foncière et de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires.

Lire la suite