Savoir limiter ses revenus pour payer moins d’impôt !

Astuces Analyse 0

En marge des réductions d’impôt, des solutions existent aussi pour baisser son revenu fiscal. Tour d’horizon des mécanismes pouvant être mis en place...

Reuters

La réduction d’impôt, grâce aux niches fiscales, est un avantage mis à profit par beaucoup de Français, par exemple au travers de gardes d’enfants ou d’emplois à domicile. Problème, ces niches peuvent parfois se révéler insuffisantes du fait de leur plafonnement. Au total, la limite a été ramenée à 10.000 euros depuis 2013 et elle peut même être inférieure pour certaines dépenses spécifiques (6.000 euros pour l’emploi à domicile).

Il reste toutefois une autre solution pour réduire ses impôts : celle qui consiste à baisser ses revenus imposables. On ne parle alors plus de réduction mais de déduction ou d’abattement.

Les frais réels

Chaque contribuable a droit à un abattement de 10% sur ses revenus au titre de ses frais professionnels. Mais certains peuvent avoir intérêt à passer aux frais réels pour obtenir une déduction plus importante.

Généralement, cette déduction aux frais réels concerne les déplacements (selon un barème et un système très encadré). Mais elle peut aussi s’appliquer aux frais d’équipement et de locaux pour ceux qui travaillent à domicile.

L’imposition est alors calculée sur les revenus nets de frais. L’option se révèle particulièrement intéressante pour les hautes tranches. Dans la tranche à 41%, toute déduction aboutit par exemple à une réduction d’impôt de 41% sur les sommes en jeu. Attention toutefois, le fisc est très regardant sur les justificatifs à produire.

L’épargne retraite

Rachat de trimestres ou contribution volontaire à un plan de retraite, ces solutions permettent aussi une défiscalisation intéressante. Pour un Perp par exemple, les sommes versées sont déductibles dans la limite de 10% des revenus avec un plafond de déduction de 30.038 euros en 2014. Un mécanisme similaire existe pour les non-salariés avec les contrats Madelin (jusqu'à 69.464 euros).

L’immobilier

L’immobilier ancien permet lui aussi de réduire sa base de revenus dans la mesure où le propriétaire peut déduire de ses revenus locatifs les frais engagés pour le bien : travaux, taxe foncière, assurance, intérêts d’emprunt...

Le mécanisme peut même aboutir à un déficit foncier (charges supérieures aux revenus). Ce déficit peut être reporté sur les années suivantes, voir sur le revenu global de l’année en cours (jusqu'à 10.700 euros hors intérêts d'emprunt).

Rappelons enfin que ceux qui ont peu de charges et qui perçoivent moins de 15.000 euros par an de loyers peuvent bénéficier d’un abattement forfaitaire de 30% au titre du micro foncier.

Commentaires