Prélèvement à la source : supprimer le 13ème mois serait-il la solution ?

Pratique Analyse 0

BNP Paribas a dit opter pour lissage du 13ème mois afin de gommer l’effet psychologique du prélèvement à la source. Décryptage…

Reuters

Depuis quelques jours, la mise en place du prélèvement à la source ne semble plus du tout acquise. Mais à supposer qu’elle ait bien lieu en janvier 2019, on peut se demander si elle ne va pas avoir raison du 13ème mois.

BNP Paribas a en effet pris les devants en confirmant une information du Monde selon laquelle la banque comptait supprimer le 13ème mois l’an prochain. Plus précisément, il ne s’agira pas de « supprimer » le 13ème mois mais de lisser son montant sur les 12 mois de l’année. L’objectif serait de maintenir une rémunération nette mensuelle à peu près équivalente pour contrer l’effet psychologique négatif du passage au prélèvement à la source. Cette option serait-elle alors une solution miracle ?

Pas de baisse de pouvoir d’achat

Rappelons en préambule que le prélèvement à la source n’amputera en rien le pouvoir d’achat annuel des contribuables. Sur l’année, les revenus encaissés et l’impôt réglé seront exactement les mêmes. Seul le mode et le rythme de paiement changeront.

Pas d’effet négatif en matière de trésorerie

Il est également important à ce stade de combattre une autre idée reçue. Le prélèvement à la source aura certes un effet négatif sur la trésorerie de certains bénéficiaires de crédits d’impôt. En revanche, il sera plutôt profitable au budget de nombreux ménages mensualisés.

Prenons l’exemple d’un célibataire gagnant 2.500 euros par mois sur 13 mois. Son impôt annuel est de 3.069 euros (9,44% de ses revenus).

S’il est mensualisé, ce salarié paie 307 euros d’impôt de janvier à octobre et encaisse donc 2.193 euros nets par mois jusqu’en octobre. Avec le prélèvement à la source, son impôt sera réparti sur 12 mois à raison de 236 euros par mois. Il percevra donc 2.264 euros nets par mois dès le début de l’année.

Autrement dit, en 10 mois, il aura perçu 76,9% de son revenu annuel net d’impôt, contre 74,5% aujourd’hui.

Un effet avant tout psychologique

Pour beaucoup, l’effet du passage au prélèvement à la source devrait donc être avant tout psychologique. De fait, notre salarié risque surtout de voir qu’il ne perçoit plus que 2.264 euros de la part de son employeur, contre 2.500 euros actuellement (oubliant au passage qu’il doit par ailleurs verser 307 directement au fisc).

C’est pour éviter cette « déception de la feuille de paie » que des sociétés envisagent de lisser le 13ème mois.

Reprenons notre exemple d’un salarié gagnant 2.500 euros. Avec un 13èmois lissé, il gagnera 2.708,33 euros par mois. Déduction faite de son prélèvement à la source, il lui restera 2.452,58 euros sur sa feuille de paie, soit à peine moins que ses 2.500 euros actuels (voir tableau en bas de page).

Une formule qui n’a pas que des atouts

Supprimer le 13ème mois ne sera en rien une formule miracle. Cela permettra certes aux salariés de percevoir un peu plus vite leur rémunération nette annuelle (50% dès la fin juin contre 44,7% actuellement dans notre exemple). En revanche, la rémunération annuelle restera la même et les salariés concernés devront gérer différemment leur budget, n’ayant plus de prime en fin d’année.

Une arme anti-augmentation ?

On peut même se demander pourquoi des entreprises envisagent de verser plus rapidement leur rémunération aux salariés. Le 13ème mois a en effet des avantages pour les employeurs en termes de trésorerie puisqu’il reporte une partie de la rémunération à la fin de l’année.

Pour certains observateurs, cela aurait surtout un objectif psychologique. En voyant leur net chuter pour cause de prélèvement à la source, nombre de salariés pourraient être tentés de réclamer des augmentations de salaires. Répartir le 13ème mois permettrait aux entreprises d’éviter ce type de demandes.

Effets de la suppression du 13ème mois
Données en euros, L'Argent & Vous
Avec mensualisation et 13ème moisAvec prélèvement à la source et suppression du 13ème mois
SalaireImpôtNetSalaireImpôtNet
De janvier à octobre2.500306,902.193,102.708,33255,752.452,58
Novembre2.50002.500
Décembre5.00005.000
TOTAL32.5003.06929.43132.5003.06929.431
Commentaires (6)
  • charles-coudray
    charles-coudrayposté le 04.09.2018 à 15:21

    Moi, comme beaucoup, je n'ai pas un 13eme mois, je fais quoi... De toute façon, l’impôt à la source est une grosse arnaque si ce n'est pas une grosse con.nerie. Les socialistes voulaient cette réforme pour par la suite pouvoir aligner la CSG à l'impôt sur les revenus et la rend donc progressive pour encore marteler la classe moyenne qui n'en peut plus.

  • cg2046
    cg2046posté le 01.09.2018 à 16:44

    C 'est un cache misère, car la prime de fin d' année est normalement versée en fin d' année. Sa disparition aura un effet psychologique dévastateur. C' est ce que craignent macron et ses sbires, chantres du pouvoir d' achat.

  • a1039
    a1039posté le 01.09.2018 à 09:56

    A noter que le "13e" mois n'est pas toujours versé en fin d'annéee, contrairement à ce qui est écrit. En effet, nombre de conventions colectives prévoient une "prime de vacances" à verser entre juin et août. Or bien souvent le DAF, malin, plaide pour verser une partie de prime ou de 13e mois à ce moment-là, en guise de prime de vacances.
    Et d'ailleurs, la "solution BNPParibas" pose la question du devenir de cette prime de vacances ! Le DAF va devoir chercher ailleurs ;-) !

  • readycash
    readycashposté le 31.08.2018 à 17:21

    Et ceux qui n'ont pas de 13 mois ?

  • OJF
    OJFposté le 31.08.2018 à 18:20

    Ils sont cocus.

  • cg2046
    cg2046posté le 01.09.2018 à 16:38

    Et content !

Impôts
Analyse0

Impôts : un taux neutre… pas toujours neutre

Dans certaines situations, l’application du taux neutre pourra aboutir à des prélèvements excessifs régularisés par la suite. Attention donc si vous avez choisi cette option.

Lire la suite
Impôts
Actu0

IR-PME : vers une réduction d’impôt de 25% en 2019

Cette réduction exceptionnelle aurait dû s’appliquer dès cette année. Mais faute de réponse de Bruxelles, des députés proposent de la reporter sur les investissements effectués en 2019.

Lire la suite