Nos conseils et astuces pour bien établir votre déclaration de revenus

Pratique Analyse 0

Saison des déclarations oblige, L’Argent & Vous fait le point sur tout ce qu’il faut savoir pour ne pas faire d’erreur et vous donne des pistes pour alléger vos impôts

Reuters

La campagne des impôts 2014 est lancée. Depuis le 9 avril, les contribuables ont commencé à recevoir leur déclaration de revenus. Ces déclarations sur papier seront à retourner avant le 20 mai. Pour les télédéclarations, le service est quant à lui ouvert depuis le 16 avril et fermera entre le 27 mai et le 10 juin selon les départements.

Dans cette perspective, L’Argent & Vous a décidé de faire le point sur les nouveautés fiscales de l’année mais aussi sur ce qu’il faut savoir pour ne pas faire d’erreur ou alléger sa facture.

Quotient familial

Abaissé à 1.500 euros au lieu de 2.000 euros auparavant, le quotient familial sera cette année moins favorable que par le passé pour beaucoup de familles. Des simulations selon le nombre d’enfants montrent par exemple qu’un couple avec un enfant gagnant plus de 67.953 euros paiera mécaniquement 500 euros d’impôt en plus.

Serez-vous imposables ?

Avec la réévaluation du barème et la réforme de la décote, certains ménages vont cette année échapper à l’impôt. Bercy a déjà fait le point sur les plafonds en-deçà desquels les ménages ne seront pas imposables. Ce sera par exemple le cas des retraités de plus de 65 ans gagnant moins de 23.616 euros.

Faut-il détacher un enfant majeur ?

Un enfant majeur de moins de 21 ans ou de moins de 25 ans s’il est étudiant peut être soit rattaché à au foyer des parents, soit indépendant d’un point de vue fiscal. Dans le premier cas, les parents conserve une demi-part de plus (voire 1 part s’ils ont trois enfants). Dans le second cas, ils perdent cet avantage fiscal mais peuvent déduire le versement d’un pension jusqu’à 5.698 euros.

Avec la baisse du quotient familial, le détachement apparaît désormais plus intéressant pour les couples avec un enfant. En tout cas, il n’est pas inutile de faire une simulation.

Que faire en cas de divorce ?

En cas de séparation ou de divorce, l’administration considère les deux personnes comme séparées pour l’ensemble de l’année. Deux déclarations doivent donc être faites. L’administration impose aussi des règles précises pour les parts des enfants ou la déduction des pensions versées.

Faut-il passer aux frais réels ?

Chaque contribuable actif peut déduire 10% de ses revenus au titre des frais professionnels (jusqu’à 12.097 euros). Mais il peut aussi passer à la déduction aux frais réels si l’option se révèle plus intéressante. Précisons toutefois que les règles en vigueur sur les frais pouvant être déduits sont assez strictes.

Que déduire en cas de télétravail ?

Les personnes travaillant à domicile peuvent avoir intérêt à passer aux frais réels. Loyer, matériel, fournitures... La palette de déduction est large. Il convient cependant de bien séparer aux yeux du fisc ce qui est du domaine professionnel et du domaine privé.

Comment déclarer les revenus exceptionnels ?

Des revenus exceptionnels (primes de mobilité, indemnités de départ...) peuvent laisser craindre une hausse significative de l’impôt. Toutefois, certains de ces revenus exceptionnels peuvent être lissés dans le temps. Le fisc a en effet prévu des mécanismes pour répartir ces revenus sur plusieurs années. Inutile donc de tout déclarer la même année.

Que faire avec les sommes perçues à tort ?

Faut-il déclarer une rémunération obtenue à tort et destinée à être remboursée. La règle est précise. Une personne ayant obtenu un indu en 2013 devra le déclarer si cet indu n’a pas été remboursé la même année. La somme pourra en revanche être déduite des revenus une fois remboursée (par exemple en 2015 sur les revenus 2014). Ce système de déclaration-déduction peut pénaliser le contribuable s’il change de tranche dans l’intervalle. Mais l’administration se montre dans ce cas compréhensive.

Comment déclarer ses revenus fonciers ?

Deux régimes sont possibles : le réel ou le micro-foncier. Le premier permet de déduire toutes les charges liées au bien (intérêts, travaux, impôts...). Le second offre une déduction forfaitaire de 30% à ceux qui ont moins de 15.000 euros de revenus fonciers. Sous ce seuil, il est donc possible de choisir l’un ou l’autre des systèmes. Une simulation préalable peut s’avérer utile en sachant que l’option pour le régime réel est irrévocable pendant 3 ans.

Intérêts et dividendes

Compte tenu de la suppression du prélèvement forfaitaire libératoire depuis le budget 2013, les intérêts et dividendes sont soumis au barème au même titre que les revenus d’activité. Généralement la transmission des données est automatisée entre les établissements financiers et l’administration.

Il est toutefois utile de vérifier si la déclaration préremplie comporte bien toutes les données requises afin d'éviter un redressement ultérieur.

Que déduire au titre des niches fiscales ?

Depuis 2013, les niches fiscales sont globalement plafonnées à 10.000 euros avec de surcroît des plafonds spécifiques selon le type de niche (par exemple 6.000 euros pour l’aide à domicile).

Inutile toutefois de veiller à ne pas dépasser ces plafonds. Si les sommes inscrites au titre des déductions dépassent les limites, le fisc les écrête automatiquement au moment du calcul de l’impôt. Vous pouvez donc inscrire vos dépenses réelles sans vous soucier des plafonds.

Une simulation pour éviter les mauvaises surprises

Afin de ne pas avoir de mauvaises surprise à la rentrée lors de la régularisation effectuée par le fisc au moment du dernier tiers (ou des dernières mensualités), il est conseillé de faire une simulation de son impôt au moment de la déclaration (voire en amont en cas d’hésitation entre plusieurs options).

Pour ceux qui déclarent en ligne, il est possible d’avoir un aperçu de l’impôt à régler au moment de la validation du formulaire. Pour ceux qui déclarent sur papier, une simulation est possible grâce au calculateur fourni par le fisc.

Commentaires
Impôts
Actu0

Moins de dons en 2021

Le montant des dons déclarés par les Français a baissé en moyenne de 31% l'année dernière. Par donateur, il passé de 395€ en 2020 à 274€ en 2021.

Lire la suite