L’inflation devrait permettre à de nombreux ménages de payer un peu moins d’impôt

Nouveautés Analyse 0

En partant de l’hypothèse d’une revalorisation des tranches d’imposition de 4,4%, cela permettrait par exemple de reculer l’entrée dans l’impôt qui se ferait cette année à partir de 10.675 € (10.225 € l'an dernier) dans la première tranche...

iStock

Invité sur BFM TV ce matin, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a confirmé que le gouvernement continuera à indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation afin de compenser les effets de l’augmentation des prix et des salaires sur le niveau d’imposition des ménages. « Il est hors de question que des salariés, des Français paient plus d'impôt sur le revenu ou rentrent dans le barème de l’impôt sur le revenu à cause de l'inflation », a déclaré Bruno Le Maire. Il a donc rappelé que cette année encore, le gouvernement va indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation pour éviter que certains ne basculent dans l’impôt ou dans une tranche plus haute.

+1,4% cette année

C’était en effet déjà le cas ces dernières années avec par exemple une revalorisation de 1,4% du barème applicable aux revenus 2021 que les contribuables viennent de déclarer (et sur lesquels les services des impôts vont désormais régulariser l’impôt à payer ou le trop-perçu en fonction des montants déjà prélevés en 2021). Cette revalorisation se traduit par une augmentation des revenus déterminant l’entrée progressive dans les différentes tranches d’imposition (11%, 30%, 41% et 45%) afin de neutraliser, en théorie, les effets de l’inflation sur le niveau d’imposition des ménages. Ce chiffre de 1,4% avait été retenu dans la loi de finances 2022 sur la base de la prévision d’évolution de l’indice des prix à la consommation hors tabac pour 2021.

Au moins 4,4% ?

Cette année, il faudra donc attendre le projet de loi de finances (PLF) pour 2023, préparé dans l’été et présenté à la rentrée (généralement vers le 20 septembre) pour connaître le niveau d’inflation retenu. Ce n’est d’ailleurs qu’une fois le PLF voté en fin d’année que ce chiffre sera définitif et on peut déjà parier qu’il va nourrir les débats entre députés et sénateurs et probablement donner lieu à des amendements.

Bruno Le Maire s’est d’ailleurs bien gardé de préciser quel niveau d’inflation sera retenu mais on voit mal la revalorisation ne pas atteindre au moins 4%. L’inflation devrait en effet atteindre environ 4,4% au premier semestre et il y a peu de chances qu’elle se calme au second semestre avec les effets de la guerre en Ukraine sur les prix du pétrole, du gaz ou des denrées alimentaires. Déjà en mars, la Banque de France avait retenu une projection d’inflation 2022 à 4,4% dans le scénario dégradé qui prenait en compte l’impact de ce conflit.

La première tranche pourrait passer à 10.675 €

La revalorisation du barème de l’impôt n’est pas faite pour compenser directement l’inflation des prix à la consommation mais pour neutraliser l’effet indirect de l’augmentation des salaires ou des pensions, forcément plus forte quand l’inflation est importante. Les ménages dont les revenus augmentent moins vite que l’inflation, et ils devraient être nombreux cette année, sont donc gagnants du point de vue du barème de l’impôt à payer.

En partant de l’hypothèse d’une revalorisation des tranches d’imposition de 4,4%, cela permettrait par exemple de reculer l’entrée dans l’impôt qui se ferait cette année à partir de 10.675 € (10.225 € l'an dernier) dans la première tranche d’imposition à 11% tandis que la deuxième tranche à 30% commencerait à 27.217 € contre 26.070 € en 2022. Ces tranches concernent donc les revenus 2022 qui sont prélevés à la source cette année mais dont le calcul de l’impôt final n’interviendra qu’en 2023 après la déclaration de revenus du printemps.

Barèmes de l'impôt sur le revenu avec une revalorisation de +4,4%
Les taux d'imposition ci-dessus sont applicables pour 1 part de quotient familial
REVENUS 2021Revenus 2022Taux
Jusqu'à 10.225 €Jusqu'à 10.675 €0%
De 10.225 € à 26.070 €De 10.675 € à 27.217 €11%
De 26.070 € à 74.545 €De 27.217 € à 77.825 €30%
De 74.545 € à 160.336 €De 77.825 € à 167.391 €41%
Au-delà de 160.336 €Au-delà de 167.391 €45%
Commentaires
Impôts
Analyse0

Impôts locaux : l'inflation risque de faire mal l'an prochain

L’inflation de novembre déterminera le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives avec à la clé une nouvelle hausse de de la taxe foncière et de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires.

Lire la suite