L’IFI aura un poids marginal dans les recettes fiscales

Nouveautés Analyse 0

L'impôt sur la fortune immobilière ne représentera que 0,3% des sommes encaissées par l’Etat au titre des impôts, soit bien moins que l’actuel ISF.

Reuters

En remplaçant l’ISF par l’IFI, le gouvernement va priver l’Etat d’importantes recettes. Dans les documents budgétaires, Bercy estime le manque à gagner à 3,2 milliards d’euros. Mais l’impact de la réforme peut aussi se mesurer au regard de la ventilation des recettes fiscales.

D’après les estimations initiales, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) devrait rapporter 850 millions d’euros en 2018. Soit un montant relativement faible à l’échelle des finances publiques. A titre de comparaison, cela représentera à peine plus du double des recettes du malus automobile et environ 20% des sommes issues de la contribution à l’audiovisuel (redevance).

Plus concrètement, l’IFI ne comptera que pour 0,3% des 288,7 milliards d’euros de recettes fiscales attendues l’an prochain. Certes, l’actuel ISF est loin d’être prépondérant dans le budget de l’Etat. Mais sa part est tout de même plus élevée. Cette année, elle devrait se situer à près de 1,9% des recettes fiscales.

L’impôt sur la fortune ne sera d’ailleurs pas le seul à moins contribuer aux recettes fiscales en 2018. L’IS devrait lui aussi baisser en valeur et en poids (de 9,8% à 8,8%). A l’inverse, comme le montre le tableau ci-dessous, le gouvernement table sur une progression des encaissements de TVA et surtout des taxes sur les produits énergétiques.

Les recettes fiscales en 2017 et 2018
L'Argent & Vous d'après PLF 2018
20182017
En Mds €En %En Mds €En %
IR72,725,2%72,625%
IS25,38,8%28,49,8%
TVA152,852,9%150,551,9%
Taxes sur les produits énergétiques13,34,6%10,43,6%
IFI0,850,3%--
ISF--5,41,9%
Autres23,758,2%22,87,9%
TOTAL288,7290,1

Un impôt rentable?

Régulièrement, des voix s’élèvent pour dénoncer le coût de collecte de l’impôt par rapport aux recettes générées, d’aucunes jugeant même que certains impôts ne sont pas rentables. Avec seulement 850 millions de recettes attendues, l’IFI fera très probablement l’objet de critiques similaires. Rappelons toutefois que d’une manière générale, les coûts de la DGFiP sont de seulement 78 centimes pour 100 euros encaissés. Ce qui laisse de la marge. Certes, en raison des coûts fixes, on peut imaginer que la collecte de l’IFI coûtera proportionnellement plus cher que celle de l’ISF. Mais l’IFI restera très certainement un impôt rentable pour l’Etat sur le plan comptable.

Commentaires (2)
  • Tarmontpellier
    Tarmontpellierposté le 24.10.2017 à 11:29

    Bonjour, on parle d'impôt sur l’immobilier mais on ne précise pas si l'immobilier non bâti et notamment les forêts seront exclues de l'assiette de ce nouvel impôt , en somme qu'en sera t il des propriétaires forestiers qui subissent les catastrophes naturelles, la sur-fréquentation . Devront ils en plus intégrer leurs forêts dans leur patrimoine imposable. Sortir purement et simplement les forêts me paraitrait judicieux compte tenu des aménités qu'elles procurent à la société?

  • a1039
    a1039posté le 19.10.2017 à 16:26

    Comme le précise votre encadré, cet impôt restera vraisemblablement rentable... si on ne tient pas compte du coût de traitement des contestations et des contrôles qu'il entraîne, les biens taxés étant les moins fongibles de tous (puisque les œuvres d'art ne le sont pas du tout, elles !)