Les foyers aisés contribuent de moins en moins à l’impôt

Nouveautés Analyse 0

Au-delà de l’évolution du nombre de foyers fiscaux à hauts revenus, les statistiques prouvent surtout que ces foyers paient proportionnellement moins d’impôt que par le passé…

Reuters

Le nombre de contribuables aisés a-t-il augmenté ou baissé depuis 2012 ? Le débat vient d’être lancé. D’un côté, les statistiques de la DGFiP (relayées notamment par les Echos) montrent que le nombre de foyers ayant plus de 200.000 euros de revenus est passé de 141.164 en 2012 à 137.081 en 2014. De l’autre, Bercy répond que ces chiffres sont très instables d’une année à l’autre et qu’en 2015 le nombre de foyers au-dessus de 200.000 euros déclarés est remonté à 142.146, dépassant du coup le niveau de 2012.

Moins de millionnaires mais plus de revenus supérieurs à 100.000 euros

Le ministère des Finances précise par ailleurs que leur nombre est passé de 4.630 en 2014 à 5.148 l’an dernier (ce qui reste tout de même inférieur aux 7.617 foyers recensés en 2012).

Bercy peut aussi mettre en avant le nombre de foyers déclarant plus de 100.000 euros car ici la progression a été régulière par rapport à 2012 (650.494 foyers), avec 702.665 foyers recensés en 2014 et 722.168 l’an passé.

Bref, le débat n’est pas près d’être clos, chacun pouvant ici piocher les arguments les plus favorables à sa démonstration. En revanche, sur la période 2012-2014, une tendance se dégage très clairement : la contribution à l'impôt des ménages aisés a diminué.

Les millionnaires ne paient plus que 3,2% de l’impôt

Les ménages « millionnaires » payaient par exemple 5,3% de l’impôt en 2012. En 2014, cette part n’était plus que de 3,2%, selon nos calculs effectués à partir des chiffres de la DGFiP. Ceci peut s’expliquer par le recul du nombre de contribuables concernés. En revanche, l’explication est moins évidente si l’on descend dans l’échelle des revenus.

Certes, les foyers gagnant plus de 200.000 euros étaient un peu moins nombreux en 2014 qu’en 2012 (0,37% des foyers fiscaux contre 0,38%). Néanmoins leur contribution à l’impôt a chuté beaucoup plus vite. De 21,8% en 2012, elle est tombée à 18,3% en 2014.

La tendance est encore plus flagrante pour l’ensemble des ménages gagnant plus de 100.000 euros. Leur contribution à l’impôt a été ramenée de 40% à 36,9%, alors que leur poids au sein des foyers fiscaux a augmenté (de 1,78% à 1,9%).

Il serait évidemment intéressant de pouvoir faire des comparaisons avec l’année 2015. Mais Bercy n’a pas donné de chiffres sur ce critère.

Le poids des foyers aisés dans l'impôt
L'Argent & Vous d'après DGFiP
Part des foyers fiscauxContribution à l'IR
2012201420122014
Revenus de plus de 100.000€1,78%1,9%40%36,9%
Revenus de plus de 200.000€0,38%0,37%21,8%18,3%
Revenus de plus de 1 M€1/2581/2715,3%3,2%
Commentaires (1)
  • bob l'éponge
    bob l'épongeposté le 15.04.2016 à 18:34

    Rien de nouveau; les classes moyennes ont toujours payé pour les "GROS" qui sont protégés par les niches fiscales, aussi bien à droite comme à gauche.
    Et cette situation ne changera jamais.....

Impôts
Actu0

Moins de dons en 2021

Le montant des dons déclarés par les Français a baissé en moyenne de 31% l'année dernière. Par donateur, il passé de 395€ en 2020 à 274€ en 2021.

Lire la suite