Impôts : la réforme du barème va limiter voire annuler les gains pour les hauts revenus

Nouveautés Analyse 0

Si Matignon a promis une baisse de 3 points du taux de la première tranche, cet effet sera pour certains compensé par une entrée plus rapide dans les tranches supérieures. Explications en chiffres…

iStock

La réforme de l’impôt profitera essentiellement aux classes moyennes. Et pour parvenir à ce but, Bercy va devoir passer par une mécanique complexe.

Un nécessaire ajustement du barème

Comme indiqué hier par Edouard Philippe, le taux de la première tranche va passer de 14% à 11%. Ceci va directement bénéficier aux ménages de cette tranche (pour mémoire, le barème actuel taxe à 14% les revenus allant de 9.965 à 27.519 euros).

Un célibataire imposé sur 25.000 euros de revenus va mécaniquement gagner 451 euros d’impôt (3% sur les revenus situés de 9.965 euros à 25.000 euros).

Reste qu’en se contentant d’abaisser le taux de la première tranche, le gouvernement ferait profiter de cette réforme tous les ménages imposés actuellement à 14% ou plus (avec un gain maximal de 527 euros pour un célibataire).

Pour contenir les effets de cet ajustement, l’exécutif devra donc veiller dans le même temps à revoir le barème.

L’entrée dans la deuxième tranche dès 25.405 euros

Le gouvernement n’ayant jusqu’ici pas donné plus de précisions, nous avons effectué nos propres simulations dès le mois dernier. Il en est ressorti que l’entrée dans la tranche à 30% pourrait baisser de 27.520 euros actuellement à environ 25.000 euros.

D’après les informations obtenues aujourd’hui par le Parisien auprès de Bercy, ce sera finalement 25.405 euros.

Quel impact réel ?

Ceci signifie qu’un célibataire imposé sur 25.404 euros bénéficiera du gain maximal. Il économisera 3% d’impôt sur ses revenus allant de 9.965 à 25.404 euros, soit un rabais de 463 euros.

Au-delà, les économies seront en parties absorbées par le passage du taux de 14% à 30% pour les revenus situés entre 25.405 euros et 27.519 euros (l’ancien seuil).

Ainsi, un célibataire avec 30.000 euros de revenu imposable n’économisera « que » 125 euros d’impôt grâce à la réforme.

Et au-delà ?

D’après le Parisien, l’entrée dans la tranche à 41% sera aussi abaissée afin de neutraliser totalement la réforme pour les foyers très aisés.

L’entrée dans cette tranche à 41% ne se fera plus à 73.780 euros mais à 72.644 euros. Autrement dit, ces 1.136 euros de revenus compris entre 72.644 et 73.780 euros seront à l’avenir taxés à 41% (au lieu de 30% actuellement).

Il en résultera un surplus d’impôt de 125 euros qui neutralisera le gain de 125 euros obtenu grâce à la réforme du bas du barème.

En résumé

La réforme bénéficiera à tous les foyers imposables situés dans la première tranche, avec un gain maximal de 463 euros pour un célibataire (imposé sur 25.404 euros de revenus).

Au-delà, l’économie d’impôt diminuera progressivement jusqu’à un plancher de 125 euros pour un célibataire déclarant 27.520 euros ou plus.

Enfin, au-delà de 73.780 euros (par part fiscal), la réforme n’aura aucune incidence.

Commentaires (2)
  • amnesia13
    amnesia13posté le 13.06.2019 à 13:11

    encore un effet d annonce dont ils sont coutumiers depuis le debut de la macronie

  • SCIRHAK
    SCIRHAKposté le 13.06.2019 à 12:37

    enfumage quand tu nous tiens sur tous les paramètres !!!!!!
    avec en plus le recul sur la taxe d'habitation pour 20% de la population !!!!!!!!!!!!!! reportée à la ^prochaine présidence;;;;;;;;;;;;;;

Impôts
Analyse0

Démembrement : les limites du barème fiscal

L’évaluation d’un usufruit dépend de deux critères principaux : l’espérance de vie de l’usufruitier et le rendement de l’actif. Or sur ces deux points, le barème fiscal retient des moyennes discutables.

Lire la suite