Hausse de la taxe foncière : les différences géographiques restent prononcées

Nouveautés Analyse 0

Cette année, ce sont les propriétaires marseillais qui auront la plus mauvaise surprise : ils verront le taux de leur taxe foncière augmenter de 13,1%. Tours (+11,6%), Strasbourg (+8,9%) et Nantes (+7,8%) vont également voir leur taux grimper.

Reuters

Les propriétaires ont l’habitude d’entendre que leur taxe foncière ne fait qu’augmenter. En effet, entre la revalorisation annuelle des valeurs locatives et l’évolution des taux d’imposition votés par les collectivités locales, il est rare de ne pas constater de hausse lorsqu’on reçoit son avis de taxe foncière en septembre.

Cette année, dans un contexte de forte inflation et de difficultés financières pour certaines collectivités qui ont vu leurs équilibres entre recettes et dépenses se dégrader en raison de la crise sanitaire, la tentation était grande d’augmenter les taux d’imposition. D’autant que l’argument de la réforme de la fiscalité locale (perte du produit de taxe d’habitation sur les résidences principales à compter de 2021) est parfois invoqué malgré le transfert par l’Etat de recettes de substitution au bloc communal.

2022 marque la fin de la modération fiscale

Alors qu’en est-il vraiment ? Le cabinet FSL, spécialisé dans l'information financière des collectivités locales, a calculé que les grandes villes et leurs groupements à fiscalité propre ont fait progresser, en moyenne, le taux des taxes foncières, bâti et non bâti, de +1,9% en 2022. Certes, il s’agit de la plus forte augmentation observée depuis 2010 mais elle intervient après cinq années de très forte modération fiscale (+0,3% seulement en 2021 et même une légère baisse en 2020 et 2019). En 2010 et 2009, la progression moyenne du taux des taxes foncières était d’ailleurs bien plus importante : respectivement +2,8% et +5,1%.

Les hausses se concentrent souvent sur les grandes villes

L’étude du cabinet FSL montre que cette année, la proportion des villes à augmenter leurs taux est de 29% alors que 69% ont laissé inchangés les taux de taxes foncières et seulement 2% les ont fait évoluer à la baisse. Comme souvent, les hausses se concentrent cependant sur les grandes villes : plus d’un quart (12 territoires sur 42) ont augmenté leur taux de fiscalité en 2022. S’agissant des villes moyennes de 40.000 à 100.000 habitants, FSL note qu’elles ont modérément utilisé leur pouvoir de taux en 2022, le taux d’évolution des taxes foncières s’élevant en moyenne à +0,9%. Sur les 150 territoires traités, 21% seulement ont augmenté leurs taux.

Forte hausse à Marseille et Tours cette année

Au-delà de ces moyennes, qui est concerné par les plus fortes hausses ? Ce sont les propriétaires marseillais qui auront la plus mauvaise surprise : ils verront le taux de leur taxe foncière augmenter de 13,1%. Tours (+11,6%), Strasbourg (+8,9%), Nantes (+7,8%) ou Montreuil (+7,4%) vont également voir leur taux grimper. Dans une moindre mesure, ce sera aussi le cas à Annecy (+5%), Saint-Etienne (+3,1%) et Toulon (+2,3%).

Ces villes n’affichent cependant pas les taux de taxe foncière les plus élevés. Si Marseille (47,1%), Tours (43,4%) et Nantes (52,8%) s’en rapprochent, c’est encore Angers et Amiens qui affichent la plus forte ponction à environ 56%, devant Le Havre, Grenoble et Orléans autour de 54%. A l’opposé, certaines villes gardent des taux particulièrement bas comme à Paris (13,5%) ou Annecy (31,5%) mais il ne faut pas oublier que cela compense un prix de l’immobilier très élevé. Car le calcul de la taxe foncière se fait en appliquant les taux précédents à la base constituée par la valeur locative de votre logement et de ce côté-là, personne n’échappera à l’augmentation de 3,4% pour 2022.

Commentaires
Impôts
Analyse0

Impôts locaux : l'inflation risque de faire mal l'an prochain

L’inflation de novembre déterminera le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives avec à la clé une nouvelle hausse de de la taxe foncière et de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires.

Lire la suite