Vente de métaux précieux : une taxation plus lourde en 2018

Nouveautés Actu 0

Quelle que soit la fiscalité choisie, la vente d’or ou de métaux précieux sera davantage imposée l’an prochain. Explications…

Reuters

Dès 2018, la détention d’or sera exonérée d’impôt sur la fortune. Comme de nombreux actifs, les métaux précieux vont en effet profiter du remplacement de l’ISF par l’IFI. Cependant, pour faire taire les polémiques, le gouvernement n’a pas oublié d’ajouter une petite couche de fiscalité par ailleurs.

Pour mémoire, la vente de métaux précieux est imposée selon deux régimes : la taxation de la plus-value réelle ou la taxation forfaitaire assise sur le prix de vente. Or, quel que soit le cadre choisi, vendre des métaux précieux (notamment de l’or) coûtera un peu plus cher en 2018.

Taxation forfaitaire

C’est la solution souvent retenue pour sa simplicité. La taxation forfaitaire se base sur le prix de vente (et non sur la plus-value). Actuellement, le taux est de 10%, auquel s’ajoute 0,5% de CRDS. La ponction totale est donc de 10,5%.

Afin de compenser l’abandon de l’ISF, le gouvernement a fait adopter une hausse de cette taxe dans le cadre du budget 2018. CRDS comprise, la taxation passera à 11,5%.

Taxation de la plus-value

L’imposition de la plus-value réelle peut dans certains cas se révéler plus avantageuse. En choisissant ce mécanisme, le vendeur n’est plus taxé sur le prix de vente mais sur le gain réellement encaissé. Mieux encore, des abattements sont accordés en fonction de la durée de détention : 5% par an au-delà de la deuxième année. Ainsi, le vendeur bénéficie d’une exonération totale au bout de 22 ans. Le vendeur doit en revanche être en mesure de justifier de la date et du prix d’achat.

Ici, les abattements peuvent rapidement faire chuter la pression fiscale et compenser les taux de taxation élevés : 19% d’impôt et 15,5% de prélèvements sociaux.

Ceci étant, ceux qui n’ont pas encore atteint le cap de l’exonération paieront un peu plus en 2018 car les prélèvements sociaux passeront là aussi à 17,2%.

Commentaires
Impôts
Analyse0

Impôts : un taux neutre… pas toujours neutre

Dans certaines situations, l’application du taux neutre pourra aboutir à des prélèvements excessifs régularisés par la suite. Attention donc si vous avez choisi cette option.

Lire la suite