Taxes foncière et d’habitation : la revalorisation des bases locatives sera supérieure à 7% en 2023

Nouveautés Actu 0

L’indicateur à prendre en compte est la hausse de l’indice des prix à la consommation harmonisé (ICPH) de novembre 2022 qui vient d’être publiée par l’Insee à +7,1%.

iStock

Le verdict est tombé ce jeudi pour l’évolution de la taxe foncière et de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires en 2023, sachant que la taxe d’habitation sur les résidences principales disparaîtra totalement l'année prochaine. Tout repose en effet sur la fameuse formule de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives, dérivée de l’inflation, qui détermine l’assiette du calcul de ces impôts locaux. L’indicateur à prendre en compte est la hausse de l’indice des prix à la consommation harmonisé (ICPH) de novembre 2022 qui vient d’être publiée ce jeudi par l’Insee à +7,1%.

Augmentation mécanique de 7,1% en vue

Concrètement, indépendamment des taux d’imposition votés par les communes, qui peuvent baisser (c’est très rare), se stabiliser ou augmenter (c’est fréquent), la taxe foncière et la taxe d’habitation sur les résidences secondaires connaîtront en 2023 une augmentation mécanique de 7,1% après déjà +3,4% en 2022. Comme nous l’avons déjà souligné, le gouvernement n’avait rien prévu dans le projet de loi de finances 2023 pour limiter cette augmentation qui satisfait au contraire le budget prévisionnel des collectivités locales. Il n'y a pourtant pas de logique à répercuter intégralement les dérapages actuels des coûts des carburants, de l’énergie ou des aliments sur la valeur locative des logements…

Ce PLF 2023 est désormais entré dans sa dernière ligne droite avec la deuxième lecture du texte prévue au Sénat ce jeudi après un passage express à l’Assemblée nationale où le gouvernement a préféré usé à nouveau de l’article 49.3 en l’absence de majorité. Bref, les derniers espoirs d’un mécanisme de limitation de cette forte revalorisation des valeurs locatives qui aurait été voté dans le PLF se sont désormais évaporés.

Bouclier d’impôts locaux inspiré de celui des locataires

Un amendement du groupe politique Libertés et territoires (plutôt au centre) adopté au mois d’octobre en commission des finances prévoyait de plafonner cette revalorisation annuelle des valeurs locatives à +3,5% en 2023, avec un plafonnement spécifique de +2,5% en outre-mer. Mais cet amendement n’a pas eu le temps d’être examiné en séance avant le recours au 49.3 et le gouvernement n’y étant pas favorable, il ne l’a pas retenu dans son projet de budget.

Cette limitation à +3,5% n’avait pas été choisie par hasard : elle aurait été du même niveau que le bouclier de la loi sur le pouvoir d’achat qui protège les locataires pendant un an d’une revalorisation trop importante des loyers (plafonnement de l’IRL à +3,5%).

Hausse annuelle des bases locatives
Source : L'Argent&Vous
Taxe foncièreTaxe d'habitation sur la résidence principaleTaxe d'habitation sur les résidences secondaires
2017+0,4%+0,4%+0,4%
2018+1,1%+1,1%+1,1%
2019+2,2%+2,2%+2,2%
2020+1,2%+0,9%+1,2%
2021+0,2%+0%+0,2%
2022+3,4%+0%+3,4%
2023+7,1%+0%+7,1%
Commentaires (1)
  • lbda21
    lbda21posté le 16.12.2022 à 16:03

    quel est le lien entre les prix à la consommation et la valeur locative ? Encore une imbécilité comme l'indexation du prix de l'électricité sur celui du gaz ! c'est encore et toujours des processus mafieux inadmissibles.

Impôts
Actu0

Défiscalisation : comment baisser ses impôts avec le PER ?

Le montant des versements effectués par les contribuables sur leur Plan d'épargne retraite est déductible de l’impôt sur le revenu. Mais il est aussi possible d’opter pour une défiscalisation au moment de sa retraite.

Lire la suite