Prélèvements sociaux sur le capital : une ponction de 22 milliards d’euros en 2018

Nouveautés Actu 0

Ayant fait l’objet de hausses importantes, les prélèvements sociaux pèseront bien plus lourd que l’impôt.

Reuters

17,2%. C’est le taux auquel seront opérés les prélèvements sociaux sur les revenus du capital à compter de 2018. Force est de constater que la progression a été rapide ces dernières années. Il y a dix ans seulement, les prélèvements n’étaient encore « que » de 11%. Les hausses successives n’ont pas été sans effet sur les rendements nets. Si bien qu’aujourd’hui, les prélèvements sociaux sur le capital pèsent lourd.

2,7 milliards d’euros de plus en un an

Selon les prévisions établies lors de la présentation des comptes de la Sécurité sociale en septembre dernier, les prélèvements appliqués aux revenus du capital devraient s’élever à 19,3 milliards d’euros. Le document estimait même à 19,8 milliards d’euros les recettes pour 2018, à législation stable. En ajoutant le surcoût de 2,2 milliards d’euros dû à l’augmentation de la CSG (+1,7 point), les détenteurs de patrimoine règleront donc une facture globale de 22 milliards d’euros l’an prochain.

Une ponction plus rentable que l’impôt

Avec de telles recettes, les prélèvements sociaux s’avèrent en tout cas plus rentables pour l’Etat que l’impôt. Plusieurs raisons à cela :

- Certains foyers sont imposés à un taux inférieur à celui des prélèvements

- Les revenus de l’assurance-vie bénéficient de taux d’imposition réduits

- Le PEL n’est soumis qu’aux prélèvements sociaux (pendant 12 ans)

- L’imposition peut dans certaines situations profiter d’abattements (dividendes, plus-values)

A titre d’exemple, les données de Bercy sur le budget 2017 ont montré que les seuls revenus fonciers ont généré en 2015 pour 5,2 milliards d’euros de prélèvements sociaux… contre 4,5 milliards d’euros d’impôts.

17,2% de prélèvements et 12,8% d’impôt

Aucune statistique globale n’est disponible actuellement concernant l’ensemble des revenus du capital. Mais il est évident qu’avec un impôt fixé à 12,8% dans le cadre de la flat tax, les prélèvements continueront à rapporter plus que l’impôt.

En supposant que tous les revenus soumis aux prélèvements soient imposés à 12,8%, les recettes d’impôt seraient par exemple de 16,4 milliards d’euros en 2018 (soit 5,6 milliards d’euros de moins que les prélèvements). Mais l’écart sera à coup sûr plus important du fait des exonérations d’impôt (PEL) ou des impositions à taux réduits (assurance-vie).

Commentaires (3)
  • christian38
    christian38posté le 20.12.2017 à 23:24

    gouvernement de merde. il est plus que temps que cette bande d'amateurs dégage.
    macron et son gouvernement doivent présenter leurs démissions au plus vite

  • gilopero
    giloperoposté le 20.12.2017 à 18:40

    Pour la tranche à 45% n'en payer que 30% sur le capital là et celle de 41% sont obligées de s'enrichir tandis que la tranche à 14% de s'appauvrir

  • blaincourt
    blaincourtposté le 20.12.2017 à 18:24

    Rappelez moi les slogans stupides et mensongers des cgtistes illetrés et de la gôche en général , sur le capital détaxé, les cadeaux aux riches et autres couillonades à 2 balles des laid douard et complices.