Macron-Le Pen : derniers ajustements programmatiques avant la finale

Nouveautés Actu 0

Interviewés par Les Echos sur leur programme fiscal, les deux candidats à l’élection présidentielle ont confirmé l’essentiel de leurs propositions en y apportant de petites précisions.

Boursier.com

A 48h de la finale, dans deux interviews publiées dans Les Echos de ce vendredi, les candidats à la présidentielle ont précisé certaines de leurs propositions fiscales et patrimoniales.

Le président sortant a répété sa promesse de ne pas augmenter davantage les impôts, en précisant que celle-ci vaudrait aussi pour l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), mis en place au début de son mandat de 2017 en remplacement de l’impôt sur la fortune. Comme annoncé, pas de changement à prévoir du côté de la flat tax (autre réforme de son quinquennat) ni de celui de l’assurance vie.

Concernant son intention d’ouvrir la déclaration d’impôt sur le revenu commune aux concubins, au même titre que les personnes mariées et pacsées, Monsieur Macron défend « une mesure d’équité qui garantira qu’à revenus et composition familiale identiques, tous les couples acquittent la même somme d’impôt, qu’ils soient mariés, pacsés ou en union libre. Cette possibilité [qui se révèle surtout intéressante en cas de forte disparité des revenus au sein du couple, NDLR] sera offerte comme une option ».

Macron : simplifier la réduction Madelin...

Interrogé sur les niches fiscales, le candidat LREM indique qu’il entend préserver celles « destinées à orienter favorablement l’épargne et l’investissement, par exemple la réduction d’impôt Madelin » et celles des services à la personne, avec l’intention, pour les premières, de rechercher « de nouvelles améliorations et simplifications », et pour les secondes, « de mieux synchroniser leur versement avec les dépenses correspondantes ».

Car si le crédit d’impôt pour l’emploi de personnes à domicile est devenu "immédiat" en 2022, il n’est pas encore appliqué à toutes les prestations : la garde d’enfants, ainsi que les bénéficiaires de l’Aide personnalisée d’autonomie (APA) et de la Prestation compensatrice de handicap (PCH) ne sont pour l’heure pas concernées par l’avance immédiate du crédit d’impôt.

... et alléger largement les droits de succession

Sur les droits de succession, le champ d’application de l’abattement de 100.000 euros pour les successions en ligne indirecte sera en fait très large : Emmanuel Macron précise en effet à nos confrères qu’il concernera les petits-enfants, frères ou sœurs, neveux ou nièces, et les personnes sans lien de parenté.

« Beaucoup de gens ont envie de transmettre à leurs neveux, nièces, leurs petits-enfants, et beaucoup de familles sont des familles recomposées et aujourd’hui, vous n’avez quasiment pas d’abattement », avait-il déclaré quand il avait dévoilé le contenu son programme devant la presse, le mois dernier, mais le cas de figure des contribuables sans aucun lien de parenté n’avait pas été mentionné.

Cette réforme « qui facilitera la transmission des patrimoines modestes, résulte d’un double constat », précise-t-il : la hausse des prix de l’immobilier (+25% depuis 2008), qui pèse donc plus lourd dans les successions, et les « nouvelles configurations familiales », dont le barème actuel des droits de succession « tient trop peu compte ».

Le Pen : précision sur les contours de "l'impôt sur la fortune financière"

De son côté, Madame Le Pen confirme sa batterie de mesures d’allègement fiscal (restaurer la demi-part des veufs, instaurer une part supplémentaire dès le 2e enfant, supprimer l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés pour les moins de 30 ans) ainsi que son intention de remplacer l’IFI par un impôt sur la fortune financière, « qui exonèrera la résidence principale, l’outil de travail et les œuvres d’art détenus depuis plus de dix ans ».

« Cela protégera les classes moyennes qui entraient parfois dans l’ISF ou l’IFI du fait de la simple valorisation d’un patrimoine immobilier familial, notamment dans les grandes villes ou les zones littorales. Les taux et les seuils de ce nouvel impôt sur la fortune financière resteront similaires à ceux de l’IFI actuel », précise la candidate RN.

Sur le plan des droits de succession, pas d’annonce surprise par rapport à ces dernières semaines : Marine Le Pen défend la création d’une exonération spécifique pour la résidence principale jusqu’à 300.000€ dans l’assiette de calcul. Quant au régime fiscal des donations entre parents et enfants, qui prévoit un abattement de 100.000€ tous les quinze ans, il serait possible tous les dix ans, et serait aligné pour les grands parents.

Commentaires
Impôts
Actu0

Moins de dons en 2021

Le montant des dons déclarés par les Français a baissé en moyenne de 31% l'année dernière. Par donateur, il passé de 395€ en 2020 à 274€ en 2021.

Lire la suite