Les impôts baisseront bien en 2015, mais de manière mesurée

Nouveautés Actu 0

Les prélèvements doivent atteindre un pic de 45,9% cette année selon le programme de stabilité du gouvernement présenté ce mercredi. Toutefois le mouvement de détente sera lent

Reuters

2014 constituera un sommet en matière de pression fiscale. Selon les prévisions budgétaires du gouvernement présentées ce jour, les prélèvements obligatoires devraient en effet atteindre 45,9% du PIB cette année (comme en 2013) avant de commencer à refluer.

L’objectif final, c’est-à-dire en 2017, est d’aboutir à un taux de 45,3%. Soit un niveau inférieur à celui des dernières projections du gouvernement (45,8%). A première vue, le gouvernement a donc tenu compte des critiques ambiantes sur la fiscalité.

Il n’empêche qu’en regardant les chiffres de plus près, il convient de relativiser cette tendance. L’ampleur du mouvement restera en effet limitée. De 45,9% en 2014, les prélèvements doivent passer à 45,6% en 2015, puis à 45,4% en 2016 avant d’arriver à la cible de 45,3% en 2017. En trois ans, la détente ne devrait donc pas dépasser 0,6 point de PIB. Or, rappelons que les prélèvements sont passés de 45%... à 45,9% entre 2012 et 2013, soit en un an seulement.

Par ailleurs, même si baisse il y a jusqu’en 2017, les prélèvements resteront à cette échéance supérieurs à leur niveau de 2012 (45%) et bien loin de ce qu’ils étaient par exemple en 2009 avec un taux de 42%. Enfin, les Français ne doivent pas oublier que cette détente se fera au prix d’une réduction des dépenses de l’Etat et donc d’une modération des prestations servies.

Evolution des prélèvements obligatoires
En % du PIB, source : gouvernement
201220132014201520162017
45%45,9%45,9%45,6%45,4%45,3%
Commentaires