Les Français ont payé 5 milliards d'impôt sur le revenu en moins en 2020

Nouveautés Actu 0

La réforme de l'impôt sur le revenu a profité à 17 millions de foyers fiscaux, a indiqué cet après-midi à la presse le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Reuters

Révision du barème de l'impôt sur le revenu, mises en place ou hausses de crédits et réductions, relèvements d'abattements, défiscalisation... l'ensemble des mesures fiscales déployées par le gouvernement afin d'alléger l'imposition des Français s'est traduit par une baisse de 5 milliards d'euros de leurs impôts sur le revenu (IR) en 2020, a annoncé aujourd'hui le ministre de l'Economie et des Finances lors d'une conférence de presse dédiée au lancement de la campagne de l'IR 2020.

Ces réductions d'impôts ont profité à 17 millions de foyers, qui ont vu leur impôt baisser en moyenne de 300€, tandis que le versement anticipé des crédits d'impôt déployé en janvier a bénéficié à 5,5 millions de ménages, profitant de 640€ d'"avances" de crédits pour leurs dépenses éligibles réalisées en 2020.

Taxe d'habitation

A cette baisse de l'impôt sur le revenu, s'ajoute aussi celle de la taxe d'habitation, dont la suppression par étape s'est poursuivie en 2020. L'année dernière, 18 millions de ménages - soit 80% des foyers imposables - ont disposé d'un dégrèvement total de leur impôt local, ce qui leur a permis d'alléger en moyenne leur facture fiscale de 570€ (environ 10,2 milliards d'euros au total).

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, la suppression de la taxe d'habitation sur les résidences principales sera complètement effective pour l'ensemble des Français en 2023, a réassuré Bruno Le Maire.

Les 20% des ménages qui y étaient encore assujetti (7,2 millions) vont profiter dès cet année d'un premier dégrèvement : leur prochaine taxe d'habitation sera ainsi allégée de 30%.

Entre les allègements de l'IR et la disparition de la taxe d'habitation, au total, c'est près de 23 milliards d'euros d'impôts en moins que paieront les Français chaque année. Ce n'était pas arrivé depuis 20 ans s'est félicité le ministre de l'Economie.

Prélèvement à la source

Autre motif de satisfaction de Bercy, la réforme du prélèvement à la source (déployée en 2019) a été salutaire pour beaucoup de Français dans le contexte de la crise économique et sanitaire. En leur permettant d'ajuster le montant de leur impôt quand ils le souhaitent - et non plus annuellement - le dispositif a permis de protéger le pouvoir d'achat des Français qui a d'ailleurs augmenté de 0,6% en dépit de la récession, a souligné Bruno Le Maire.

C'est ce que traduisent notamment les baisses des retenues à la source enregistrées par les entreprises aux mois de mars et d'avril 2020, lors du premier confinement, note le ministre de l'Economie : ces prélèvements ont baissé de 5% à 6% sur cette période par rapport à 2019, signe que beaucoup de contribuables subissant des baisses de salaires en raison de l'arrêt (partiel ou total) de leur activité professionnelle ont demandé une modification de leur taux de prélèvement de l'IR.

Sur l'ensemble de l'année, 6,3 millions de demandes de modification de prélèvement à la source ont été enregistrées par la direction générale des Finances publiques, un chiffre en progrès de 73% par rapport à 2019.

2,8 millions ont concerné des modifications du taux de prélèvement ou du montant de l'acompte, et 600.000 des changements de situation familiale.

Extension de la déclaration automatique

Enfin, la déclaration automatique préremplie de l'impôt sur le revenu a été appliquée à 11 millions d'usagers en 2020, a fait savoir Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics.

Le dispositif sera étendu à un million de foyers supplémentaires en 2021. Exclus du bénéfice de la déclaration automatique jusqu'alors, les foyers ayant déclaré une naissance, une adoption ou le recueil d’un enfant mineur l’année dernière sont désormais éligibles, a décidé le ministère de l’Economie et des Finances par la voie d’un décret du 28 janvier 2021.

Revenus issus du crowdfunding

Un ensemble de nouvelles informations seront par ailleurs préremplies dans les déclarations : les heures supplémentaires exonérées et les indemnités versées au titre du chômage partiel y apparaîtront tout comme les primes exceptionnelles de pouvoir d'achat.

Le montant des revenus issus de l'économie collaborative (crowdfunding, crowdlending...) sera également indiqué aux contribuables dans le cadre du parcours de la déclaration en ligne, mais il leur appartiendra d'en vérifier l'exactitude et de les reporter dans la catégorie de revenus dont ils relèvent (dons, prêts avec intérêt, IR-PME...), précise Bercy.

Commentaires (1)