Impôts : le solde éventuel sera à régler avant le 16 septembre

Nouveautés Actu 0

Cela concerne les personnes qui ont eu des revenus exceptionnels en 2018. En revanche, les personnes ayant droit à une restitution au titre des crédits d’impôt seront remboursées plus tôt.

La campagne de déclaration des revenus de 2018 s’est achevée la semaine dernière. Pour autant, les contribuables n’en ont pas encore fini avec cette année fiscale particulière. Désormais, l’administration va devoir solder l’impôt sur les revenus de 2018. Et ici, plusieurs cas de figure doivent être distingués.

Contribuables devant régler un solde d’impôt

Vous avez perçu des revenus exceptionnels en 2018 ? Comme indiqué à la fin de votre déclaration en ligne, vous serez cette année redevable d’un impôt sur ces revenus non exonérés.

Selon le calendrier en ligne de la DGFiP, le paiement devra intervenir au plus tard le 16 septembre 2019. Si le paiement dématérialisé est désormais devenu la norme, l’administration rappelle également que tous les moyens de paiement seront acceptés pour les sommes inférieures à 300 euros.

Cette date limite vaut aussi pour les personnes devant rembourser tout ou partie de l’acompte perçu en janvier au titre des crédits d’impôt. Pour mémoire, cet acompte a été calculé sur la base des dépenses effectuées en 2017. En cas d’arrêt de la dépense en 2018 (ou de forte réduction), le trop perçu devra être restitué.

Contribuable bénéficiant d’un versement complémentaire

Les personnes ayant droit à un complément de crédit d’impôt (après l’acompte de janvier) bénéficieront en revanche d’un versement supplémentaire cet été. Ce versement interviendra au moment de l’envoi des avis d’imposition. Les premiers envois débuteront fin juillet et se poursuivront tout au long du mois d’août.

Ajustement des taux de prélèvement

La dernière déclaration servira aussi à ajuster les taux de prélèvement à la source en fonction des revenus perçus en 2018. L’administration transmettra automatiquement les nouveaux taux aux employeurs afin qu’ils puissent être pris en compte au mois de septembre.

Commentaires
Impôts
Analyse0

Démembrement : les limites du barème fiscal

L’évaluation d’un usufruit dépend de deux critères principaux : l’espérance de vie de l’usufruitier et le rendement de l’actif. Or sur ces deux points, le barème fiscal retient des moyennes discutables.

Lire la suite