Impôts : la mise à jour du taux de prélèvement à la source sera appliquée en septembre

Pratique Actu 0

Grâce au simulateur de la direction générale des finances publiques, vous pouvez déjà connaître ce nouveau taux de prélèvement dérivé des revenus 2018 déclarés en ligne.

iStock

Le service de déclaration des revenus en ligne est ouvert depuis le 10 avril. Pour ceux qui veulent évaluer au plus près leur impôt qui sera prélevé à la source sur la base des revenus 2018, un simulateur de la direction générale des finances publiques reste disponible.

Mise à jour du taux de prélèvement au 1er septembre

Ce simulateur permet notamment de connaître la mise à jour du taux de prélèvement retenu pour le prélèvement à source. Ce nouveau taux de prélèvement sera applicable à compter du mois de septembre, dans le cas bien sûr où ce taux soit différent de celui actuellement appliqué à votre salaire. Ce simulateur donne d’ailleurs accès à une fiche détaillée de calcul du taux de prélèvement à la source appliqué à chaque contribuable. Bien sûr, ce taux de prélèvement à la source applicable au 1er septembre 2019 sera affiché à la fin de la procédure de déclaration des revenus en ligne.

Revenus du patrimoine

Ce simulateur peut aussi vous aider à déterminer le meilleur choix de déclaration pour les revenus du patrimoine, sachant que les foyers dont le taux d’imposition moyen ne dépasse pas 12,8% ont intérêt à choisir le barème plutôt que le prélèvement forfaitaire unique à 30%. Il faudra dans ce cas-là penser à cocher la case « 2OP », située en dessous de la déclaration des revenus des valeurs et capitaux mobiliers. Attention toutefois, cocher cette case suppose que l'imposition au barème sera appliquée sur l'ensemble de vos revenus de capitaux mobiliers et de vos gains de cession de valeurs mobilières. D’où l’intérêt de vérifier le montant de l’impôt final au moyen de simulations.

Commentaires (1)
Impôts
Analyse0

Démembrement : les limites du barème fiscal

L’évaluation d’un usufruit dépend de deux critères principaux : l’espérance de vie de l’usufruitier et le rendement de l’actif. Or sur ces deux points, le barème fiscal retient des moyennes discutables.

Lire la suite