Greenpeace et Oxfam dénoncent le bilan carbone du patrimoine financier des Français fortunés

Nouveautés Actu 0

L'impact carbone des actifs financiers de 63 milliardaires français est équivalent à celui de la moitié de la population, pointent les deux ONG qui plaident pour l'instauration d'un ISF climatique

Reuters

Une enquête conjointe des ONG Greenpeace et Oxfam, publiée ce mercredi 23 février, a établi d’un classement des milliardaires français selon l’impact écologique de leur patrimoine financier.

Calculé en intégrant non pas les émissions carbone issues de de leur mode de vie mais celles de leurs actifs financiers, le rapport pointe l’importance d’orienter les investissements financiers vers « de futurs projets verts plutôt que carbonés ».

Selon cette méthodologie, le patrimoine financier de 63 milliardaires nationaux aurait autant d’impact carbone que celui du Danemark, de la Suède et de la Finlande réunis, en produisant au moins 152 millions de tonnes équivalent CO2 en une année.

Top 3

D’après le rapport, Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan est, avec sa famille, le milliardaire français dont les émissions carbone du portefeuille sont les plus importantes, estimées à plus de 33 millions de tonnes par an. Il est suivi de Rodolphe Saadé, propriétaire à 75% de CMA-CGM, société d’un secteur particulièrement gourmand en pétrole : le transport maritime (23,16 millions de tonnes équivalent carbone par an).

Emmanuel Besnier, président de Lactalis, arrive pour sa part à la 3e place, avec 15,8 millions de tonnes équivalent carbone par an. Ces trois milliardaires émettent au travers de leur patrimoine un peu plus d’un cinquième de l’impact carbone de tous les Français.

Une empreinte carbone concentrée chez les plus aisés

Le classement n’est pas exhaustif, une partie des 119 milliardaires nationaux n’ayant pas rendu public leur patrimoine, l’autre ne l’ayant pas publié intégralement. Les deux ONG ont pris le parti de ne retenir qu’une seule entreprise par milliardaire, celle dont il disposait le plus de parts.

L’ambition de l’enquête est surtout de souligner l’important fossé entre les plus aisés et les plus modestes en matière d’impact carbone, ainsi qu’un plaidoyer en faveur d’une meilleure orientation des actifs financiers vers la transition écologique.

« La place qu’occupent les milliardaires dans les entreprises qu’ils financent leur offre un pouvoir prépondérant dans la prise de décisions et une capacité à opérer un virage écologique, qui fera émerger des solutions bas-carbones pour toute la population, y compris pour que les plus précaires puissent mieux consommer, sans que ce soit le fruit d’une contrainte », expliquent les deux ONG.

« L’ampleur de ces inégalités pose la question du partage de l’effort dans la transition écologique à accomplir, surtout dans un pays où la fiscalité carbone pèse proportionnellement beaucoup plus sur les ménages les plus modestes que sur les ménages les plus aisés », considèrent-elles.

ISF climatique

D’après un rapport d’Oxfam de 2020, l’empreinte carbone moyenne d’un individu appartenant au 1% les plus riches serait treize fois plus importante que celles des 50% les plus pauvres, en raison du mode de vie, alors que la fiscalité carbone pèse environ quatre fois plus en proportion de leurs revenus sur les 20% de ménages les plus modestes par rapport aux 20% les plus aisés (rapport du gouvernent sur l’impact environnemental du budget de l’Etat, sept. 2021).

Pour renverser cette tendance, Oxfam et Greenpeace préconisent l’instauration de deux mesures fiscales : un ISF climatique – qui pourrait rapporter environ 6,8 Md€ annuels – ainsi qu’une taxe supplémentaire sur les dividendes pour les entreprises ne respectant par l’Accord de Paris (gain estimé pour les finances publiques : 17 Md€).

Commentaires (4)
  • Utilisateur32773
    Utilisateur32773posté le 23.02.2022 à 21:59

    L'habituel rabachage des parasites qui vivent de subventions versées par les entreprises !

  • Utilisateur2150802
    Utilisateur2150802posté le 23.02.2022 à 18:28

    Toujours aussi nuisibles et complices dans la volonté d éradication des investisseurs .
    Qui fera taire ces .............

  • missiles
    missilesposté le 23.02.2022 à 17:57

    Greenpeace et Oxfam sont toujours aussi débiles. Ils enfoncent les portes ouvertes. Leurs études sont un ramassis de Lapalissades. En effet, si ces milliardaires géraient uniquement de l'argent , ils n'auraient pratiquement aucune empreinte carbone. Mais ils ont des usines et des commerces. Heureusement car cela donne du travail alors que s'ils géraient leurs fortunes uniquement en faisant fructifier leurs argents en Bourse, par exemple, ils seraient de bons français. Stupide, vous dis-je !!

  • lbda21
    lbda21posté le 23.02.2022 à 17:45

    toujours aussi malades

Impôts
Actu0

Moins de dons en 2021

Le montant des dons déclarés par les Français a baissé en moyenne de 31% l'année dernière. Par donateur, il passé de 395€ en 2020 à 274€ en 2021.

Lire la suite