Ecotaxe : Un système de gestion de plus en plus décrié

Nouveautés Actu 0

Les critiques pleuvent, à gauche comme à droite, sur le mode de collecte de cette taxe qui nécessitera de verser 250 millions d’euros par an à la société Ecomouv

Reuters

Depuis quelques jours, les Français ont appris à connaître la société Ecomouv. Il faut dire que cette structure chargée de collecter l’écotaxe bénéficie d’un contrat dont le contenu est de plus en plus critiqué.

Ce lundi, Eva Joly (ancienne candidate EELV à la présidentielle) a dénoncé sur iTélé une taxe « contreproductive » rapportant surtout de l’argent au gestionnaire privé. Rappelons que le contrat prévoit une rémunération de 250 millions d’euros par an pour Ecomouv soit près de 22% des recettes attendues (1,15 milliard d’euros).

Le coût de gestion apparaît donc comparable à celui des radars automatiques (27%). Mais ces derniers ont un objectif de sécurité routière. Quant à l’impôt au sens large, le dernier rapport de la DGFiP fait apparaître un taux d’intervention de 0,96%. Bref, si la gestion de l’impôt coûte 1 euro pour 100 euros collectés, celle de l’écotaxe coûtera 22 euros pour 100 euros perçus. Même si l’écotaxe a nécessité de lourds investissements, l’écart apparaît tout de même énorme.

D’ailleurs, bien que ce contrat ait été signé sous le mandat de Nicolas Sarkozy, certains se montrent également critiques à droite. L’ex-ministre Xavier Bertrand (UMP) a ainsi pointé du doigt le mode de perception de la taxe dimanche sur France Inter. De là à émettre des doutes sur le processus d’attribution du contrat, il n’y en en tout cas qu’un pas que le journal Le Parisien a franchi dès samedi, évoquant un certain flou autour de la signature.

Dès lors, beaucoup avancent aujourd’hui qu’une telle taxe devrait être collectée par l’Etat et non par une société privée. Mais dénouer les liens actuels coûterait cher puisque la société Ecomouv recevrait 800 millions d’euros en cas de rupture du contrat.

Commentaires